Les couvertures et leurs dessous

Chaque année, le professeur de l'UQAM Sylvain Allard... (PROJET DE COUVERTURES RÉALISÉ DANS LE COURS DE DESIGN GRAPHIQUE : INTRODUCTION DONNÉ PAR LOUIS GAGNON À L'UQAM)

Agrandir

Chaque année, le professeur de l'UQAM Sylvain Allard demande à ses étudiants d'imaginer une jaquette pour des oeuvres connues.

PROJET DE COUVERTURES RÉALISÉ DANS LE COURS DE DESIGN GRAPHIQUE : INTRODUCTION DONNÉ PAR LOUIS GAGNON À L'UQAM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les jeunes maisons d'édition misent sur la couverture de leurs ouvrages pour se distinguer. Et les lecteurs les remarquent!

On ne s'en vante peut-être pas, mais on juge toujours un peu un livre à sa couverture. Qu'on le trimballe dans le métro ou qu'on le laisse traîner sur la table à café, le livre est avant tout un objet. On l'achète pour son contenu, bien sûr, mais ça ne nuit pas quand il a une belle jaquette. Et les jeunes maisons d'édition l'ont bien compris.

«La littérature s'est dépoussiérée, lance Benoit Tardif, directeur artistique aux Éditions de ta mère, éditeur entre autres de Hiroshimoi de Véronique Grenier. Aujourd'hui, on retrouve de l'audace dans le contenu ET dans la couverture.»

«Les habits du livre sont à mes yeux une part importante de sa promotion, estime quant à lui Antoine Tanguay, fondateur des éditions Alto, éditeur de L'orangeraie de Larry Tremblay. L'expression "on a peu de chance de faire une seconde impression" s'applique particulièrement bien dans le contexte de l'édition.»

«Les couvertures de livres, c'est un univers qu'on a beaucoup négligé au Québec, croit pour sa part Sylvain Allard, professeur à l'École de design de l'UQAM. Aujourd'hui, on assiste à une renaissance dans ce domaine.»

Selon ce professeur, les jeunes lecteurs ont une culture visuelle plus développée que leurs aînés, sans doute à cause du web et des médias sociaux. «J'enseigne depuis une vingtaine d'années, dit-il, et je vois bien que mes étudiants actuels ont une grande capacité à comprendre, à associer les images, la couleur, la composition... Ils arrivent avec des connaissances.»

Une question de gros sous?

Chaque année, Sylvain Allard demande à ses étudiants d'imaginer une jaquette pour des oeuvres connues.

«Les résultats montrent bien que l'absence de créativité n'est pas une question de moyens financiers», estime-t-il. Selon lui, certaines couvertures conçues au Québec sont absolument gênantes. «Je crois que ça s'explique d'abord par l'ignorance de ce qu'est le langage graphique et par l'absence de reconnaissance de ce travail.»

Aux éditions Le cheval d'août, une petite maison qui compte déjà six titres, on arrive effectivement à concevoir des concepts de jaquettes originaux malgré des moyens somme toute limités.

«Je suis entourée d'artistes, d'artisans même, qui font beaucoup avec peu, affirme l'éditrice et fondatrice du Cheval d'août Geneviève Thibault. Par exemple, pour Le parfum de Janis, on a utilisé une photo de la mère de l'auteure, Corinne Larochelle, prise en Gaspésie lorsqu'elle avait 20 ans. Pour Chercher Sam de Sophie Bienvenu, c'est une photo prise à Londres. Pour Les maisons de Fanny Britt, par contre, on a acheté une photo d'Hugo Boucher.»

«La couverture c'est une signature. La direction esthétique fait partie de la démarche identitaire d'une maison d'édition, elle permet d'asseoir sa signature.»

Tous les éditeurs que nous avons contactés nous ont longuement parlé de leur amour pour le travail bien fait, leur souci de rendre justice à l'oeuvre et à son propos.

«Fabriquer un bel objet va bien au-delà de l'idée de la mise en marché, précise Mélanie Vincelette, des éditions Marchand de feuilles (La fiancée américaine d'Éric Dupont, La femme qui fuit d'Anaïs Barbeau-Lavalette). C'est l'idée d'utiliser le design comme forme d'art. Une page couverture blanche ou beige avec le titre et le nom de l'auteur, quoi qu'on puisse en dire, restera toujours une façon banale de présenter un livre et ne laisse pas beaucoup de chance au coureur.»

Même son de cloche du côté d'Antoine Tanguay. «Si Alto se définit comme un "éditeur d'étonnant", dit-il, c'est parce qu'on cherche à détonner et étonner en fabriquant nos bouquins. Nous choisissons des techniques de fabrication peu communes ou des cartons particuliers par exemple. C'est un acte naturel, en parfaite adéquation des textes que j'apporte au lecteur.»

Se faire remarquer

Difficile toutefois d'évaluer si les belles jaquettes de livres ont un impact sur les ventes. Chose certaine, elles ne passent pas inaperçues. «Nous avons une bonne cote d'amour chez les libraires et nos livres sont mis en évidence dans les librairies indépendantes», affirme Benoit Tardif des Éditions de ta mère. 

«Nos couvertures nous ont aidés à nous tailler une place en tant que jeune maison. Quand je visite les salons, les gens me parlent de nos couvertures.»

«Une belle page couverture attirera peut-être des lecteurs qui n'ont jamais entendu parler du livre», croit pour sa part Mélanie Vincelette de Marchand de feuilles. C'est ce que pense aussi Antoine Tanguay des éditions Alto. «Grâce à la jaquette, mais aussi grâce à d'autres détails importants - format, papier, police de caractère - le livre, perdu dans une mer de nouveauté, peut attirer le regard du lecteur. Une couverture réussie peut être une bougie d'allumage.»

Que lisez-vous en ce moment?

L'animatrice de l'émission littéraire Plus on est de fous plus on lit, Marie-Louise Arsenault, pose souvent la question «Que lisez-vous en ce moment?» sur Facebook et Twitter. Sa question s'accompagne d'une photo du livre qu'elle est en train de lire. Et les gens répondent aussi en photographiant la couverture de leur bouquin.

Avec le temps, les réseaux sociaux sont devenus une vitrine supplémentaire pour les livres et les éditeurs en sont bien conscients. «Les réseaux sociaux sont un appui précieux en ce qu'ils prolongent l'engouement des lecteurs pour les choses bien faites, croit Antoine Tanguay d'Alto. Certains photographient leur assiette, d'autres le livre qu'ils dévorent. Je suis le premier à m'en réjouir et à favoriser ce genre de partage.»

«J'ai fait nettoyer la couleur de la couverture du livre Les maisons parce que je trouvais qu'elle sortait mal à l'écran, avoue l'éditrice de Fanny Britt, Geneviève Thibault. J'ai opté pour une couleur plus pure afin qu'elle ressorte mieux quand on la photographie. Je n'irais pas jusqu'à dire que les médias sociaux ont une influence majeure, mais des sites comme Pinterest ou même Amazon peuvent avoir une influence sur une clientèle de bouquineurs qui ne sont pas nécessairement de grands lecteurs.»

Les coups de coeur de six éditeurs

Le coeur des cobayes de Grégory Lemay

«J'aime de cette couverture qu'elle parvienne à illustrer avec éclat et mystère le sujet du roman Le coeur des cobayes: un huis clos amoureux aussi lumineux qu'inattendu. Pour nos couvertures, nous travaillons depuis les débuts d'Héliotrope avec Antoine Fortin comme directeur artistique. Pour chaque livre, nous échangeons sur le texte, sur des idées d'ambiance, de sujets, de couleurs, et il part de son côté faire les photos. Nous n'utilisons jamais de banque d'images. Il existe une sorte de connexion occulte entre Antoine et la maison.»

Olga Duhamel, directrice littéraire, Héliotrope

Le parfum de Janis de Corrine Larochelle

«Les bleus vibrants qui habillent Le parfum de Janis, écrit au Portugal, sont les Pantones Reflex Blue et 7471 U. Ils enrobent d'une profondeur ultramarine, celle de la mémoire, cette photo de la mère de l'auteure dans sa splendeur de fille, marchant à ciel ouvert vers son avenir. Comme dans les meilleures histoires, c'est la mère qui a autorisé sa fille à la représenter. La conception a été confiée Daniel Danty et Julie Espinasse, des Atelier Mille Mille.»

Geneviève Thibault, fondatrice et directrice, Le Cheval d'août

Hiroshimoi de Véronique Grenier

«L'idée était de faire une couverture très simple qui évoquerait bien la forme du récit de Véronique Grenier, avec une illustration puissante et évocatrice. Nous avons opté pour une présentation classique sur papier crème qui donne une belle prestance à ce petit livre, tout en utilisant, pour créer un contraste, un crayonné un peu croche qui rappelle la vulnérabilité du texte.»

Benoit Tardif, directeur artistique, Les éditions de ta mère

B.E.C. de Suzanne Myre

«La page couverture du roman B.E.C. de Suzanne Myre est éblouissante. Le talentueux artiste montréalais Kai McCall y cache des clés qui se dévoilent lentement à la lecture de ce roman d'amour caustique. La graphiste Sarah Scott a illuminé l'épine de triangles dorés qui font en sorte que le roman brille lorsqu'il est placé dans une bibliothèque.»

Mélanie Vincelette, fondatrice et directrice, Marchand de feuilles

Quelque chose en moi choisit le coup de poing de Mathieu Leroux

«Toutes les pages couvertures de La Mèche sont une réalisation de Julie Massy, notre directrice artistique. Celle-ci est exactement à l'image du contenu du livre: punchée, puissante, intrigante, à la fois léchée et chaotique. Nous avons fait le pari de ne pas y indiquer le titre du livre, ce qui ne va vraiment pas de soi; ce geste qui va à l'encontre du sens commun, d'une certaine manière, révèle l'audace des propos tenus par Mathieu Leroux dans son essai, et la singularité percutante des pièces de théâtre recueillies ici.»

Pierre-Luc Landry, éditeur et directeur littéraire, La Mèche

Corps conducteurs de Sean Michaels

«Je m'offre parfois le plaisir de m'éloigner de ma maquette pour signer une couverture ou collaborer avec un artiste que j'aime, comme Pascal Blanchet ici. Nous partageons un intérêt commun pour l'oeuvre d'Alex Steinweiss et la musicalité de Corps conducteurs nous a naturellement amenés vers ce concept en forme de clin d'oeil. J'ai recouvert le tout d'un estampage métallisé pour ajouter une touche rétro-futuriste, et voilà!»

Antoine Tanguay, fondateur et directeur, Alto

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer