A Little Life favori pour le Man Booker Prize

Hanya Yanagihara... (PHOTO AFP)

Agrandir

Hanya Yanagihara

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Une histoire d'amitié masculine truffée de descriptions très précises d'agressions sexuelles sur des enfants est le roman favori pour remporter l'édition 2015 du prestigieux prix littéraire Man Booker Prize, décerné mardi à Londres.

A Little Life de l'Américaine Hanya Yanagihara suit les aventures de quatre jeunes hommes très liés qui s'installent à New York après la fin de leurs études. D'abord pleins de fougue, ils sont rattrapés par le passé traumatisant de l'un d'entre eux.

Le quotidien britannique The Guardian a qualifié le livre, long de plus de 700 pages, d'«épopée humaine impitoyable et déchirante» tandis que le magazine américain The New Yorker a loué son «génie subversif».

Yanagihara, qui outre l'écriture travaille au New Yorker comme rédactrice en chef adjointe, a expliqué avoir voulu montrer que «tout le monde fuit quelque chose d'une certaine façon».

Parmi les cinq autres finalistes figure pour la première fois un auteur jamaïcain, Marlon James, en lice pour A Brief History of Seven Killings. Basé sur des événements réels, il revient sur une période très troublée en Jamaïque, et décrit comment, le 3 décembre 1976, Bob Marley et son équipe se font attaquer juste avant un concert.

Le Britannique Tom McCarthy pour son ouvrage Satin Island et son compatriote Sunjeev Sahota pour son premier roman The Year of the Runaways, le Nigérian Chigozie Obioma pour The Fishermen et l'Américaine Anne Tyler (A Spool of Blue Thread) sont aussi en lice.

Ce n'est que la seconde année que le prix, décerné pour la première fois en 1969, est ouvert à des auteurs issus de l'ensemble du monde anglophone. Il était jusqu'en 2013 réservé aux romanciers britanniques, irlandais et aux ressortissants du Commonwealth.

Les romans en lice doivent toujours impérativement être publiés en Grande-Bretagne.

Le prix, doté de 50 000 livres (99 000 $), garantit au gagnant une explosion des ventes et un lectorat mondial.

L'édition 2014 avait été remportée par le romancier australien Richard Flanagan pour The Narrow Road to the Deep North, inspiré de l'expérience de son père en tant que prisonnier de guerre des Japonais pendant la Seconde guerre mondiale.

Parmi les précédents lauréats figurent notamment le Nigérian Ben Okri (pour La route de la faim en 1991), le britannique Ian McEwan (pour Amsterdam en 1998) et deux fois le Sud-Africain J.M Coetzee (en 1983 et 1999). Salman Rushdie, qui l'a remporté en 1981 pour Les enfants de la nuit, a regretté que le prix ait tendance désormais à favoriser les jeunes, selon lui, ne lui laissant plus aucune chance de l'emporter.

«Quand vous regardez la liste cette année, à part Anne Tyler, il y a semble-t-il le désir de s'éloigner des noms établis», a-t-il déclaré au quotidien The Telegraph. «Pas de (Kazuo) Ishiguro, pas de (Margaret) Attwood, pas de (Jonathan) Frenzen... Je n'ai moi-même pas figuré sur une liste du Booker Prize depuis 20 ans. Ces temps sont révolus pour moi».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer