• Accueil > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • > Le sort du manuscrit des Mémoires d'outre-tombe entre les mains de la justice 

Le sort du manuscrit des Mémoires d'outre-tombe entre les mains de la justice

Après des revers de fortune, François-René de Chateaubriand... (PHOTO WIKIPEDIA)

Agrandir

Après des revers de fortune, François-René de Chateaubriand est aux abois. En 1836, il cède à ses éditeurs, Delloye et Sala, les droits pour la publication posthume de ses Mémoires contre 156 000 francs et une rente viagère mensuelle de 12 000 francs.

PHOTO WIKIPEDIA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sylvain Peuchmaurd
Agence France-Presse
Paris

Le devenir de la seule copie complète du manuscrit des Mémoires d'outre-tombe de Chateaubriand se trouve entre les mains du tribunal correctionnel de Paris, tout comme le sort judiciaire d'un notaire parisien réputé, poursuivi pour avoir voulu le vendre aux enchères.

Après des revers de fortune, François-René de Chateaubriand est aux abois. En 1836, il cède à ses éditeurs, Delloye et Sala, les droits pour la publication posthume de ses Mémoires contre 156 000 francs et une rente viagère mensuelle de 12 000 francs.

Chateaubriand garde auprès de lui une copie du manuscrit, destiné à être remanié jusqu'à sa mort, qui surviendra en 1848. Un exemplaire est remis à l'éditeur, l'autre au notaire de celui-ci.

En 1847, Chateaubriand envoie une nouvelle version, qui vient remplacer la précédente dans la caisse fermée à trois clés chez le notaire, Me Cahouet.

Le manuscrit, écrit par des secrétaires de l'écrivain et homme politique, et signé de sa main, est resté ensuite à l'étude de Jean Dufour, successeur de Me Cahouet. Jusqu'à ce qu'en 2012, Pascal Dufour, descendant de Jean Dufour, craignant que le manuscrit ne se dégrade ou qu'il soit volé, ne songe à le vendre aux enchères.

Il fallait que le manuscrit fût «dans d'autres mains plus à même d'en respecter la valeur, l'existence», a expliqué Pascal Dufour, 58 ans, devant le tribunal correctionnel de Paris.

Il se considère propriétaire du manuscrit par une «tradition familiale» vieille de 160 ans.

La vente est programmée pour le 26 novembre 2013 à l'hôtel Drouot. Selon des chiffres qui circulent, le manuscrit est estimé à 400 000 ou 500 000 euros. Mais au dernier moment la société organisatrice annonce une cession de gré à gré auprès de la Bibliothèque nationale de France (BNF).

Manuscrit «abandonné»?

La ministre de la Culture de l'époque, Aurélie Filipetti, salue une «acquisition exceptionnelle» de l'État, «à la suite d'un accord amiable avec le propriétaire». Mais la transaction, pour un montant envisagé de 550 000 euros, n'a finalement pas eu lieu. Le manuscrit est aujourd'hui sous scellé à la BNF.

Le parquet de Paris avait ouvert une enquête, à l'issue de laquelle il a considéré que le notaire n'était qu'un dépositaire du manuscrit, pas son propriétaire, et qu'il n'avait en aucun cas le droit de le vendre.

L'avocat du notaire, Me Patrick Maisonneuve, soutient quant à lui que le manuscrit a été «abandonné» en 1850 par l'éditeur. «À ce moment-là, l'éditeur se désintéresse de ce qui reste chez le notaire», car du fait de la publication des Mémoires, «le manuscrit n'a plus aucun intérêt», a-t-il plaidé.

Mettant en avant la «bonne foi» de son client, il a souligné que la vente aux enchères, loin de se faire «sous le manteau», était «publique».

Le parquet a requis une amende de 25 000 euros contre le notaire.

Le procureur, Aude Ab-Der-Halden, a demandé au tribunal de ne pas se prononcer sur la restitution du manuscrit, afin que l'État puisse, comme le prévoit la loi, en devenir propriétaire, sous réserve des droits des tiers. S'il en est reconnu propriétaire, le notaire souhaite «en faire donation à la BNF, si elle l'accepte».

Le jugement a été mis en délibéré au 10 décembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer