Denis Coderre rend hommage à Mordecai Richler

Denis Coderre en compagnie de Florence Richler et... (Photo: La Presse Canadienne)

Agrandir

Denis Coderre en compagnie de Florence Richler et de son fils Noah.

Photo: La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Giuseppe Valiante
La Presse Canadienne
Montréal

Quatorze ans après la mort du célèbre écrivain montréalais Mordecai Richler, la Ville de Montréal lui a enfin rendu hommage devant sa veuve et deux de ses fils, jeudi.

Le maire Denis Coderre a annoncé qu'une bibliothèque francophone du quartier Mile-End - où il a habité plusieurs années - arborerait son nom. L'auteur de renommée internationale est aussi devenu citoyen d'honneur de Montréal à titre posthume.Mordecai Richler est né à Montréal en 1931 et est décédé en 2001, à l'âge de 70 ans. Il est surtout connu pour ses classiques tels que L'apprentissage de Duddy Kravitz et Le monde de Barney, dont l'action se passait à Montréal et qui ont été adaptés au cinéma.

L'écrivain a quitté Montréal pour l'Europe dans les années 1950 pour mieux revenir 20 ans plus tard. Sa ville de naissance, incluant certaines rues et quartiers précis, ont souvent servi de décors à ses histoires.

En 2011, la ville avait annoncé la rénovation d'une vieille structure située sur l'avenue du Parc, sur un flanc du mont Royal, ajoutant qu'elle serait baptisée Pavillon Mordecai Richler.

Les travaux ont cependant été repoussés plusieurs fois. La veuve de M. Richler, Florence, avait déploré plus tôt cette année «l'incompétence» de la ville, qui aurait mené aux nombreux retards.

M. Coderre a assuré qu'il allait de l'avant avec le projet, estimé à un coût de 300 000 $. Les travaux débuteront sûrement cet été, selon le maire. «Croyez moi. L'argent est là. Je le peindrai moi-même s'il le faut», a-t-il lancé en conférence de presse.

Auteur controversé

Bien que l'écrivain soit apprécié un peu partout dans le monde, dans certains coins de la province, ses critiques du mouvement nationaliste lui ont valu des reproches.

À ce sujet, Florence Richler avait expliqué en janvier que son mari était critique «de tout et tout le monde - non seulement du Québec spécifiquement».

«Nommer une bibliothèque francophone en l'honneur d'un homme qui avait une relation plutôt tumultueuse et controversée avec la majorité francophone du Québec n'est pas une décision évidente à prendre», a souligné le maire de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal Luc Ferrandez, qui englobe le quartier Mile-End.

Il a ajouté que l'auteur avait eu le mérite de sensibiliser les Québécois à toute leur «complexité».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer