• Accueil > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • > La rentrée littéraire dépasse le million de ventes 

La rentrée littéraire dépasse le million de ventes

Le palmarès des ventes à mi-octobre est dominé... (Photo: fournie par Gallimard)

Agrandir

Le palmarès des ventes à mi-octobre est dominé par Emmanuel Carrère (notre photo), avec 157 530 exemplaires du roman Le royaume.

Photo: fournie par Gallimard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Depuis mi-août, 1,1 million de romans de la rentrée littéraire ont été écoulés, pour un chiffre d'affaires de 21,4 millions d'euros, avec une accélération prévue pour les titres qui seront couronnés par un prix, selon une étude de GfK publiée vendredi.

Le chiffre d'affaires généré par la rentrée (607 romans français et étrangers cette année) représente en moyenne 18% de la valeur annuelle du segment «Fiction moderne grand format» et entre 2 et 2,5% du chiffre d'affaires annuel du marché du livre, précise l'institut.

Le palmarès des ventes à mi-octobre est dominé par Emmanuel Carrère, avec 157 530 exemplaires du roman Le royaume. Le lauréat du Renaudot 2011 n'a été retenu cette année par aucun jury.

Carrère est suivi par Amélie Nothomb, dont le millésime 2014, Pétronille, finaliste du Renaudot, s'est écoulé à 93 000 exemplaires. À la 3e place, Charlotte de David Foenkinos, en lice pour le Goncourt et le Renaudot, enregistre 56 720 ventes.

Le format numérique, encore marginal en termes économiques, fait désormais partie intégrante de la stratégie des éditeurs qui publient versions physiques et numériques simultanément. Seul Oona et Salinger n'existe qu'en papier, ceci relevant du choix de son auteur, Frédéric Beigbeder. La part du numérique pour les 10 meilleurs ventes s'échelonne entre 4,3% et 9,2%, avec une moyenne de 5% en 2014, contre 4,5% en 2013.

Le dématérialisé peut atteindre 15 à 20% des ventes des plus gros best-sellers, voire même dépasser les 50%, pour certains titres de la littérature de genre (romance, érotisme, SF, polar...).

Depuis jeudi, s'ouvre une nouvelle période: celle des prix littéraires. Les romans primés voient rapidement leurs ventes bondir avec des coefficients multiplicateurs de 1,5 à 11 selon les distinctions. «Le pic des ventes est atteint lors des deux semaines précédant les fêtes de fin d'année», les romans lauréats, particulièrement le Goncourt, demeurant des valeurs sûres à offrir, relève GfK.

Cette année, il faut aussi compter avec le Nobel décerné à Patrick Modiano. Son dernier livre, Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, paru il y a un mois, s'est déjà vendu à 88 000 exemplaires contre 68 000 en moyenne pour chacun de ses deux romans précédents.

En 2008, le Nobel attribué à J.M.G Le Clézio avait multiplié par six les ventes de tous ses livres, avec 727 000 exemplaires écoulés sur une année. De même, note GfK, tous les titres de Modiano devraient profiter de «l'effet Nobel.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer