Osheaga: cafouillage dans la livraison des bracelets

Depuis quelques jours, evenko oriente les clients qui... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Depuis quelques jours, evenko oriente les clients qui ont choisi l'option «cueillette sur place» vers la billetterie du Centre Bell, qui est ouverte de midi à 18h.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À quelques heures du lancement d'Osheaga, le plus gros festival de musique à Montréal, plusieurs mélomanes se plaignaient hier encore de ne pas avoir reçu leurs précieux bracelets nécessaires à l'entrée sur le site.

Le promoteur evenko, organisateur du festival, admet que des problèmes de logistique ont causé des retards dans la livraison des bracelets, qui ont été conçus en Chine et qui ont notamment dû être programmés individuellement. Or, ces retards n'ont pu être rattrapés. Mardi, sur Facebook, evenko affirmait que tous les bracelets avaient été postés il y a deux semaines.

Or, selon la porte-parole de Postes Canada, Anick Losier, les bracelets auraient plutôt été envoyés à partir de Toronto le jeudi 23 juillet, il y a moins d'une semaine, ce qui pourrait expliquer les retards.

Le service de livraison sélectionné par evenko étant le «poste-lettre», il fallait donc s'attendre à des délais de deux jours ouvrables pour un envoi au sein de la même ville, de trois jours ouvrables pour un envoi au sein de la même province ou de quatre jours ouvrables pour un envoi interprovincial.

Depuis quelques jours, evenko oriente les clients qui ont choisi l'option «cueillette sur place» vers la billetterie du Centre Bell, qui est ouverte de midi à 18h.

Lors du passage de La Presse au Centre Bell hier, plusieurs festivaliers se sont montrés frustrés du cafouillage.

«C'est complètement ridicule, j'ai commandé mes billets dès la première journée où c'était possible, et me voilà dans une file d'attente à deux jours du début», a indiqué Brandon Silvermant, qui a attendu environ une heure devant le Centre Bell.

«Je participe à Osheaga depuis sept ans et c'est la première fois que c'est aussi compliqué. Normalement, je le reçois par la poste trois-quatre semaines d'avance. C'est stressant quand tu viens d'aussi loin», raconte Trevor, venu de Winnipeg pour l'événement.

Jointe par courriel, Marie Mazurkiewiez, une festivalière parisienne qui doit arriver à Montréal demain, n'avait toujours pas reçu son bracelet hier. «Ça m'embête parce que je vais perdre du temps précieux samedi pour récupérer mon bracelet», a commenté celle qui assistera à la deuxième des trois journées de spectacles.

Les clients qui n'auront pu se rendre au Centre Bell pourront récupérer leurs billets dès vendredi au parc Jean-Drapeau. evenko assure qu'il a le personnel nécessaire pour éviter les files trop longues sur place.

La dixième édition du festival Osheaga se déroulera à guichets fermés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer