L'art de soigner avec art

L'humoriste Yvon Deschamps, porte-parole du CHUM, et sa... (Photo fournie par le CHUM)

Agrandir

L'humoriste Yvon Deschamps, porte-parole du CHUM, et sa conjointe Judi Richards ont animé les locaux de l'Hôtel-Dieu.

Photo fournie par le CHUM

Dans le cadre des célébrations de son 15e anniversaire, le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) organise ce mercredi la première Journée du patient, une fête qui consiste en plusieurs activités artistiques et en gestes d'amour envers les malades.

La Journée du patient consiste à créer des liens entre les patients et le personnel soignant. « On veut souligner le courage, la ténacité et le miracle de la vie, a expliqué Michèle de Guise à La Presse, lors d'une visite à l'Hôtel-Dieu. Et nous avons voulu le faire simplement. »

Les personnes hospitalisées dans les hôpitaux du CHUM ont tous reçu aujourd'hui une fleur et une carte, parfois personnalisée, pour marquer cette journée. Des artistes sont aussi venus créer des animations.

La Presse a rencontré au service d'oncologie de l'Hôtel-Dieu le flûtiste Guy Pelletier, fondateur du Nouvel ensemble moderne, et l'accordéoniste Vladimir Sidorov (bayan russe), qui forment un duo qui se dédie à la musique brésilienne et au jazz.

Des femmes atteintes du cancer attendaient seules ou accompagnées leur traitement de chimiothérapie dans une aire ouverte. Les deux musiciens ont fait vibrer leurs instruments et les coeurs.

« Avec un troisième musicien, nous formons le Trio Expresso, explique Guy Pelletier.  On joue souvent dans des résidences. On rencontre les gens pour leur offrir un moment qui est plus que de la détente puisqu'on joue de la musique vivante devant eux. Cela fait partie d'un engagement social important car les gens reçoivent ainsi des émotions. Ça fait exulter et suer les bobos...»

Présent, le directeur général du CHUM, Christian Paire, expliquait que la rencontre de la musique et du milieu de la santé fait des petits miracles. Comme celui qui unit la violoniste Anne Robert et son médecin, le Dr Alain Gagnon, qui se produisent ce mercredi, à 17h à la salle Bourgie du Musée des beaux-arts pour un concert gratuit offert par le CHUM.

« On a même vu récemment une harpiste monter jouer avec une autre harpiste qui était hospitalisée, dit M. Paire. Des histoires impromptues comme ça, il y en a tous les jours. »

Dans le hall d'entrée du pavillon de Bullion de l'Hôtel-Dieu, Annie Yung, cofondatrice de l'Atelier Nayan, expliquait aux patients, aux visiteurs et au personnel hospitalier comment créer une mosaïque. Cette oeuvre collective qui représentera un homme avec son fils sur les épaules sera installée dans l'Hôtel-Dieu une fois achevée.

« Aujourd'hui, une mosaïque participative de A à Z est créée dans chaque hôpital du CHUM, explique-t-elle. Notre organisme en crée dans les écoles et dans des habitations de l'Office municipale d'habitation. Tout est en fait à partir de matériaux recyclés. »

L'art est présent plus que jamais au CHUM depuis l'arrivée de Christian Paire à la direction du centre hospitalier en 2009. Un poste de délégué culturel a même été créé. Il est occupé depuis six mois par Mathieu St-Gelais, un médecin reconverti dans la culture à l'hôpital.

En montant les escaliers d'un édifice, Michèle de Guise a eu l'idée de créer aussi un environnement artistique dans les escaliers, en accrochant des tableaux ou en demandant à des artistes de peindre sur les murs, comme le fait le Collectif En masse. Un projet à venir...

En attendant, nous avons rejoint à la salle d'attente l'humoriste Yvon Deschamps, porte-parole du CHUM, et sa conjointe Judi Richards, venus eux-aussi animer les locaux de l'Hôtel-Dieu.

« On vient de Grand-Mère », a lancé une dame assise à l'intention d'Yvon Deschamps qui l'a saluée en retour. « T'es en forme mon homme », a ajouté son mari. « Ben oui! », a dit M. Deschamps, tout bronzé (il revient de Floride).

Plus loin, Yvon Deschamps a plaisanté avec un patient, lui disant qu'il allait lui faire « l'imposition des mains » ! Une autre dame s'est inquiétée de la présence de l'humoriste à l'hôpital. « Vous n'êtes pas malade au moins ? », lui a-t-elle lancé avant d'ajouter : « Je n'aime pas la vulgarité, vous au moins vous n'étiez pas vulgaire. On allait vous voir à la Butte à Mathieu ! Félicitations pour le travail que vous faites. »

Un peu plus tard, Yvon Deschamps et Judi Richards se sont éclipsés pour aller rendre visite à un de leurs amis, hospitalisé, et bien content d'avoir de la visite justement. Le seul plaisir qui lui change les idées, le but aussi de cette Journée du patient et des animations artistiques qui l'accompagnent.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer