Faites confiance aux leaders

Mark Lin est gestionnaire de portefeuille chez Gestion... (Photo fournie par la CIBC)

Agrandir

Mark Lin est gestionnaire de portefeuille chez Gestion d'actifs CIBC à Montréal. Il travaille à la CIBC depuis une douzaine d'années et porte aussi le titre de vice-président, actions internationales. Il supervise un actif sous gestion d'environ 1 milliard de dollars.

Photo fournie par la CIBC

Richard Dufour

Chaque dimanche, un financier répond à nos questions. Il donne sa lecture des marchés, offre son point de vue sur la Bourse et lance quelques conseils d'investissement. Cette semaine, Mark Lin, de la CIBC, à Montréal.

Quel a été l'événement le plus significatif des derniers jours sur les marchés ?

Je dirais que ce fut la publication d'indicateurs économiques aux États-Unis. Il y a d'abord eu l'indice ISM manufacturier pour le mois de mars, mercredi. Nous avons aussi pu obtenir de nouvelles données sur l'état du marché américain de l'emploi. Ces données permettent aux investisseurs de mieux prendre le pouls de l'économie américaine, qui est la plus importante sur la planète en plus d'être un élément-clé de la croissance du produit intérieur brut (PIB) mondial.

Quel indicateur suivez-vous le plus attentivement ?

Je n'accorde qu'une petite partie de mon temps aux indicateurs macro-économiques. Je suis avant tout un stock picker, c'est-à-dire que je consacre surtout mon attention à l'analyse de titres. Toutefois, je peux dire que je surveille les régions, les pays et les industries qui affichent un PIB par habitant en croissance ou qui présentent des dépenses de consommation par habitant en croissance. Il peut ainsi être possible d'identifier des occasions d'investissement. L'objectif étant de dénicher des entreprises qui profitent de ces tendances.

Que feriez-vous avec plusieurs milliers de dollars à investir ?

J'investirais dans des entreprises qui peuvent générer des entrées de fonds (cash flow) prévisibles et en croissance, et qui occupent une position de chef de file dans leur secteur, en plus de générer un rendement élevé sur le capital. Nestlé est un des plus gros joueurs du monde dans l'alimentation. Cette entreprise détient une position de tête dans le café, la nourriture pour bébés, la confiserie et la nourriture pour animaux. Nestlé a aussi une feuille de route impressionnante en ce qui concerne ses flux de trésorerie. Les entreprises de cartes de crédit comme Visa et MasterCard répondent aussi à ces critères. Elles détiennent d'imposantes parts de marché dans leur secteur.

Quel placement évitez-vous à tout prix ?

Les entreprises qui ont des ratios d'endettement élevés, des bénéfices étroitement liés à la santé de l'économie et celles qui ont peu ou pas de contrôle sur les prix de leurs produits en raison de l'absence de barrières à l'entrée. Un niveau d'endettement élevé réduit considérablement la marge de manoeuvre d'une entreprise. Des bénéfices étroitement liés à la santé de l'économie peuvent être volatils en raison de la nature imprévisible des cycles économiques. L'absence ou le manque de barrières à l'entrée empêche de protéger une entreprise contre une intensification de la concurrence.

Qu'est-ce que les marchés sous-estiment le plus ?

Il faut surveiller les risques géopolitiques en Asie de l'Est, au Moyen-Orient ainsi que du côté de l'Europe continentale et de la Russie. Le marché semble aussi sous-estimer un ralentissement prononcé de l'économie chinoise.

--------------

Mark Lin est gestionnaire de portefeuille chez Gestion d'actifs CIBC à Montréal. Il travaille à la CIBC depuis une douzaine d'années et porte aussi le titre de vice-président, actions internationales. Il supervise un actif sous gestion d'environ 1 milliard de dollars.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer