Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon: patins, danse, médailles made in Montréal

Patrice Lauzon et Marie-France Dubreuil ont choisi de... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Patrice Lauzon et Marie-France Dubreuil ont choisi de faire de Montréal un centre international d'excellence en patinage artistique.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Entraîneurs des champions olympiques en danse sur glace Scott Moir et Tessa Virtue, Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon ont mis sur pied un centre international d'excellence en patinage artistique à Montréal. Ils sont nos personnalités de la semaine.

Marie-France Dubrueil et Patrice Lauzon, en compagnie des... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Marie-France Dubrueil et Patrice Lauzon, en compagnie des patineurs Tessa Virtue et Scott Moir, aux Jeux olympiques de PyeongChang

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon ne font plus de compétitions de patinage sur la glace. Nos deux personnalités de la semaine, deux anciens champions canadiens et médaillés des championnats du monde, assistent maintenant aux Olympiques dans les gradins. Comme entraîneurs. Et ils sont rentrés cette semaine à Montréal avec deux médailles et une quatrième place.

Remarquable pour deux athlètes qui ont choisi de poursuivre leur travail en amenant les autres vers les sommets.

Deux athlètes qui ont aussi choisi de faire de Montréal un centre international d'excellence en patinage artistique et qui ont pris les moyens d'y parvenir.

Grâce à eux, c'est dans la métropole que se sont entraînés les Canadiens Scott Moir et Tessa Virtue, qui ont gagné la médaille d'or en danse sur glace aux Jeux de PyeongChang, en Corée du Sud, ainsi que les Français Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, médaillés d'argent. Dubreuil et Lauzon sont aussi les coachs des Américains Madison Hubbell et Zachary Donohue, à qui la médaille de bronze a échappé et qui ont terminé en quatrième place.

Imaginez : tout ça s'est préparé à l'École de patinage Montréal international, au Centre Gadbois, à Saint-Henri, pas mal au beau milieu du chantier de réfection de l'échangeur Turcot.

Il y en a qui sont moins perturbés que d'autres par les cônes orange...

Tout a commencé quand Marie-France est tombée enceinte de sa fille qui a aujourd'hui 7 ans. Il est devenu alors évident, explique le couple en entrevue, que la carrière internationale sur la glace, avec tous les voyages, devait prendre fin. Le couple, qui avait pris sa retraite de la compétition, travaillait alors comme patineurs artistiques professionnels, en donnant des spectacles de type Stars on Ice.

« On se disait qu'avoir un centre d'élite ici avait plein de bon sens. On est donc allés voir la fédération et on leur a dit: "Il faudrait faire quelque chose." », explique Marie-France Dubreuil.

Le Québec, dit Patrice Lauzon, subventionne bien ce sport, plus qu'ailleurs au Canada. Le Regroupement élite de patinage artistique de Montréal a aussi joué un rôle pour monter le programme. Le Centre Patinage artistique Gadbois a embarqué à son tour. Du temps sur deux patinoires a été trouvé.

«Une ambiance de compétition internationale»

Sept ans plus tard, 17 couples de huit pays s'entraînent avec eux. Et d'autres patineurs les sollicitent. « Les couples s'installent à Montréal comme nous on a fait quand on s'est installés à Lyon, en France, explique Marie-France Dubreuil. Ça donne une ambiance de compétition internationale chaque jour. »

Aussi, explique Marie-France, tout le monde est à 12 minutes du centre-ville et à 12 minutes de l'aéroport. Les athlètes habitent Saint-Henri, viennent à l'entraînement à vélo, par la piste du canal de Lachine. « Et c'est un secteur en développement, les prix des logements sont corrects. »

Aimeraient-ils maintenant entraîner plus de danseurs-patineurs ? Se préparent-ils déjà aux Jeux de Pékin ?

« On se pose toujours des questions sur l'avenir à la fin de chaque cycle olympique. On a toutes sortes de projets. On aimerait par exemple travailler avec les plus jeunes. Commencer à la base », dit Patrice Lauzon.

« On veut aussi faire du dépistage, poursuit Marie-France. Trouver les talents. »

Et quels conseils donnent-ils aux parents de jeunes en âge de commencer le patinage artistique ?

« D'abord, il faut faire essayer ça aux enfants et voir s'ils aiment ça. »

«Un méchant coup du destin»

D'autres critères ? Il faut avoir de l'équilibre, bien sûr, et avoir l'envie d'essayer, mais surtout de réessayer. « Il y a ceux qui tombent et qui pleurent, dit Marie-France Dubreuil. Et il y a ceux qui se relèvent et continuent. »

Et comment tout cela a-t-il commencé quand eux étaient enfants ?

« Moi, à 5 ans, j'ai demandé des patins à ma marraine parce que je voulais aller aux Olympiques », répond Marie-France, qui a grandi à Sainte-Catherine, sur la Rive-Sud. « C'est devenu mon but dans la vie à ce moment-là. »

« Moi aussi, c'est un peu mon histoire, poursuit Patrice. Je jouais au hockey et mes soeurs faisaient du patinage artistique. Et j'ai commencé à en faire aussi pour améliorer mon patin. » C'était à Boisbriand.

C'est dans un programme secondaire de sport-études que les deux se sont rencontrés, à Boucherville. « Un méchant coup du destin », dit Marie-France. Trouver un bon partenaire n'est pas facile. Maintenant, il y a même des sites de rencontre spécialisés, sur l'internet. Les histoires comme celles de Tessa et Scott, qui se rencontrent quand ils sont très jeunes et restent ensemble, « ça n'arrive vraiment pas tous les jours », ajoute l'entraîneur, qui veille sur le couple depuis 20 mois.

L'entrevue se termine, mais Marie-France tient à ajouter une chose. À la fin de mars 2020, les championnats du monde auront lieu à Montréal, au Centre Bell. Elle nous y donne tous rendez-vous.

Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon en quelques choix

MARIE-FRANCE

UN LIVRE

Le guerrier pacifique de Dan Millman (« Un livre qui a beaucoup inspiré notre parcours d'athlètes. »)

UN FILM

The Notebook de Nick Cassavetes

UN PERSONNAGE HISTORIQUE

Walt Disney

UN PERSONNAGE CONTEMPORAIN

Le coach Anthony Robbins

UNE PHRASE

« Le succès arrive lorsque les rêves, les objectifs dépassent les excuses. »

SI VOUS DEVIEZ MANIFESTER, CE SERAIT POUR QUELLE CAUSE ?

La surconsommation et son effet sur l'environnement. Sur la pancarte, il serait écrit : « Laissons-en pour les enfants de nos enfants. »

PATRICE

UN LIVRE

The Gift, de Richard Monette

UN FILM

Maurice Richard, le long métrage de Charles Binamé

UNE CITATION

« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles. » - Oscar Wilde

UN PERSONNAGE HISTORIQUE

Nikola Tesla, le premier à utiliser le courant alternatif

UN PERSONNAGE CONTEMPORAIN

Barack Obama

SI VOUS DEVIEZ MANIFESTER, CE SERAIT POUR QUELLE CAUSE ?

« Les droits des enfants, et sur la pancarte, il serait écrit : "Chaque enfant a le droit d'être heureux". »




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer