TransCanada ne pourra reprendre les forages à Cacouna

Hier, une dizaine d'écologistes se sont rassemblés devant... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Hier, une dizaine d'écologistes se sont rassemblés devant le bureau du premier ministre Philippe Couillard pour l'appeler à stopper la construction du port pétrolier à Cacouna. Munis d'un béluga gonflable de grandeur nature, ils ont déposé une pétition de 32 000 signataires opposés au projet.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) TransCanada ne pourra reprendre ses forages à Cacouna aujourd'hui, malgré l'expiration de l'injonction qui suspendait les travaux. L'entreprise albertaine n'a présenté aucun plan au ministère de l'Environnement pour corriger le bruit causé par ses activités.

La Cour supérieure a suspendu le certificat d'autorisation de la société jusqu'à hier au motif que ses travaux mettaient en péril un site de reproduction des bélugas. C'est maintenant au tour du Ministère de bloquer la reprise des travaux.

Vendredi dernier, Québec a sommé TransCanada de réviser la manière dont elle effectue ses travaux pour en réduire le bruit.

Des observateurs embauchés par le Ministère avaient constaté qu'un niveau sonore de 120 décibels (db) était perceptible à près de 3 kilomètres d'un lieu de forage. En vertu de son certificat d'autorisation, la société devait s'assurer que ce niveau ne soit pas atteint au-delà de 540 mètres du site.

TransCanada a affirmé hier être en pourparlers avec le Ministère pour régulariser sa situation. Or, le Ministère a indiqué n'avoir eu aucun échange avec la société depuis vendredi dernier.

«N'ayant pas reçu de nouvelle proposition de TransCanada visant le respect de la norme de bruit prévue par le certificat d'autorisation, l'entreprise ne pourra reprendre ses travaux de sondage géotechnique au large de Cacouna tant et aussi longtemps qu'elle n'aura pas soumis de proposition jugée acceptable par le Ministère», peut-on lire dans le communiqué publié en fin de journée hier.

Le porte-parole de TransCanada, Jonathan Abecassis, a indiqué que l'entreprise comptait présenter une proposition de plan de travail avant minuit hier soir.

«Pour nous, il n'y a absolument aucun intérêt à retarder les travaux», a indiqué M. Abecassis.

À Québec, le ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Jean D'Amour, a décoché une pointe à l'égard de l'entreprise pipelinière.

«TransCanada a un défi de communication à relever, d'abord avec la communauté chez nous, a-t-il déclaré. Il faut qu'à tout point de vue, TransCanada se conforme aux exigences.»

32 000 signatures

En matinée, une dizaine d'écologistes se sont rassemblés devant le bureau du premier ministre Philippe Couillard pour l'appeler à stopper la construction du port pétrolier à Cacouna. Munis d'un béluga gonflable de grandeur nature, ils ont déposé une pétition de 32 000 signataires opposés au projet.

Le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin, juge l'intervention du premier ministre nécessaire parce que le ministre de l'Environnement, David Heurtel, a «perdu toute crédibilité» dans ce dossier.

M. Bonin souligne que son organisme a dénoncé au Ministère des irrégularités dans les opérations de TransCanada, et qu'il a fallu près d'un mois et un jugement lapidaire de la Cour supérieure pour que Québec rappelle l'entreprise à l'ordre.

«La crédibilité du Ministère, sa capacité de surveiller l'entreprise, est sérieusement mise en doute», a-t-il dénoncé.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer