Les conservateurs n'améliorent que le sort des plus riches, selon Trudeau

Le chef des libéraux Justin Trudeau s'est exprimé... (Photo Darryl Dyck, PC)

Agrandir

Le chef des libéraux Justin Trudeau s'est exprimé à Vancouver, ce matin.

Photo Darryl Dyck, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Les politiques économiques du gouvernement de Stephen Harper ont surtout permis d'améliorer le sort des plus fortunés au pays au cours des dernières années, estime le chef du Parti libéral Justin Trudeau, soulignant que les Canadiens de la classe moyenne ont plus que jamais du mal à joindre les deux bouts après neuf ans de règne conservateur.

De passage à Vancouver, dimanche, M. Trudeau a réagi à la décision de M. Harper de plonger le pays dans la plus longue campagne électorale en un siècle en affirmant que les Canadiens ont soif de changement et que son parti est le plus apte à répondre à ce désir.

« Si l'on veut soutenir la croissance économique au pays, il faut absolument donner aux Canadiens de la classe moyenne une vraie chance de réussir. Soyons clairs : il y aura un vrai choix durant cette élection. Les conservateurs croient que l'on peut stimuler l'économie en aidant les riches à devenir plus riches. (...) Ces élections ne portent pas sur les sondages. Elles ne portent pas sur les tactiques politiques. Elles portent sur l'avenir des gens qui travaillent fort à tous les jours pour élever leurs enfants et bâtir leur communauté », a lancé M. Trudeau.

Il a soutenu que le gouvernement de Stephen Harper, au pouvoir depuis 2006, ne mérite pas un quatrième mandat. « Les conservateurs de M. Harper sont usés, à court d'idées et déconnectés de la réalité.  Vous savez qu'il est temps de changer, de se donner un nouveau gouvernement et de prendre une nouvelle direction. Mais vous voulez que changement signifie quelque chose pour vous et votre famille », a-t-il dit.

Le plan du NPD: un mirage, selon Trudeau

M. Trudeau a ensuite lancé quelques flèches en direction du NPD, affirmant que le plan du parti de Thomas Mulcair pour donner un coup de pouce à la classe moyenne « n'est qu'un mirage ».

La promesse du NPD d'augmenter le salaire minimum à 15 $ l'heure pour les employés travaillant dans des entreprises réglementées par le gouvernement fédéral sera un coup d'épée dans l'eau, selon M. Trudeau, car elle n'affectera qu'une minorité de travailleurs. Il a ensuite rappelé le plan libéral pour réduire le fardeau fiscal de la classe moyenne qu'il a dévoilé au printemps.

« Nous avons un plan qui réduira les impôts de la classe moyenne pour que les Canadiennes et Canadiens gardent plus d'argent de leur chèque de paie. Nous créerons aussi une allocation mensuelle bonifiée et non imposable pour aider les familles à assumer les frais inhérents à élever leurs enfants. Neuf Canadiennes et Canadiens sur dix obtiendront plus avec notre plan. Voilà du vrai changement », a-t-il dit.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer