Plus de dépressions chez les citoyens de Lac-Mégantic, selon la DSP

Des pompiers dans les ruines de l'accident de... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Des pompiers dans les ruines de l'accident de train de Lac-Mégantic.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Tragédie à Lac-Mégantic

Actualité

Tragédie à Lac-Mégantic

Un convoi ferroviaire transportant du pétrole brut a explosé à Lac-Mégantic, le 6 juillet, faisant plusieurs morts et rasant la quasi-totalité du centre-ville historique de cette municipalité. »

Une nouvelle étude publiée ce matin par la Direction de santé publique de l'Estrie révèle que la tragédie de Lac-Mégantic, où 47 personnes ont perdu la vie à la suite du déraillement d'un train à l'été 2013, a fortement marqué la population. Les citoyens de cette petite municipalité sont notamment plus à risque de souffrir de dépression et de troubles anxieux et de consommer de l'alcool de façon excessive.

Directrice de santé publique de l'Estrie, la Dre Mélissa Généreux a présenté ce matin les résultats de l'Enquête de santé populationnelle estrienne (ESPE). L'enquête a été menée à l'été 2014 auprès de 8737 adultes de l'Estrie, dont environ 200 de Lac-Mégantic.

L'analyse montre que les citoyens qui ont été exposés fortement à la tragédie ont été fragilisés par la catastrophe. 

Rappelons que dans la nuit du 5 au 6 juillet 2013, un train fantôme transportant du pétrole brut a déraillé dans le centre-ville de Lac-Mégantic, causant de violentes explosions et la mort de 47 personnes.

Parmi les personnes sondées, 17% ont été exposés de façon intense à la catastrophe, c'est-à-dire qu'elles ont craint pour leur vie ou perdu un proche, ont subi des pertes matérielles et ont une perception très négative des événements.

Chez cette population fortement exposée, 50% ont vécu un épisode dépressif dans les 12 mois suivant la tragédie contre 23% des citoyens qui n'ont pas été exposés à la tragédie.

Pourcentage de la population fortement exposée à la tragédie de Lac-Mégantic et qui:

  • Considère que la plupart de leur journée sont stressante: 29% (contre 15% chez les personnes non exposées)
  • Souffre de troubles anxieux: 13% contre 4% chez les personnes non exposées
  • Éprouve un sentiment d'insécurité dans le quartier: 12% contre 3% chez les personnes non exposées
La consommation excessive d'alcool est également plus élevée chez les citoyens fortement exposés à la tragédie (17%) que chez ceux qui n'ont pas vécu la catastrophe (4%).

Quelques bonnes nouvelles

L'enquête de la santé publique a également permis de détecter certaines forces dans la communauté de Lac-Mégantic, estime la Dre Généreux. Notamment, le niveau de résilience de la population est très élevé de même que le sentiment d'appartenance à la communauté.

Spécialiste des études sur les conséquences des désastres et des catastrophes sur la santé des individus, Danielle Maltais n'a pas été surprise des résultats. Selon elle, il sera important de continuer de documenter l'état de santé de la population de Lac-Mégantic et des environs. « On sait que les catastrophes causées par des erreurs humaines sont plus néfastes pour la santé et durent plus longtemps que les catastrophes naturelles », explique-t-elle.

La Dre Généreux assure que la direction de santé publique continuera de s'impliquer dans la région pour offrir des services à la population.

Mme Maltais plaide quant à elle pour le gouvernement « fasse fi du contexte budgétaire actuel » et finance une recherche à long terme sur l'état de santé de la population de Lac-Mégantic. « Certains problèmes de santé se développent plusieurs années après les faits. Il faut continuer de suivre la situation », dit-elle.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer