• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Les autorités catholiques se distancient d'une conférence controversée 

Les autorités catholiques se distancient d'une conférence controversée

Un événement controversé de l'Association des parents catholiques... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Un événement controversé de l'Association des parents catholiques du Québec n'a pu se tenir comme prévu à la cathédrale Marie-Reine-du-Monde, à la suite de l'intervention des autorités catholiques.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un événement controversé de l'Association des parents catholiques du Québec, prévu à la cathédrale Marie-Reine-du-Monde, a dû se replier vers une salle d'hôtel du centre-ville après une intervention des autorités catholiques, a appris La Presse.

La conférence était aussi annoncée sur le site de l'archevêché de Montréal, avant d'en disparaître totalement quelques jours avant sa tenue, le 10 mai.

Intitulée De la Révolution française à la Révolution tranquille, la conférence a été prononcée par les « historiens catholiques » Jean-Claude Dupuis et Marion Sigaut.

Le premier prône un retour au « nationalisme intégral » ainsi qu'au « catholicisme intégral ». Il oeuvre au sein de la Fraternité Saint-Pie X, un groupe religieux très conservateur en rupture avec l'Église catholique. Mme Sigaut, pour sa part, est une personnalité française controversée, expulsée d'un parti politique pour son adhésion au mouvement d'Alain Soral, un polémiste condamné pour antisémitisme.

Leur conférence a finalement eu lieu dans un hôtel de l'ouest du centre-ville de Montréal.

« L'archevêché a décidé de ne plus prêter la salle », a indiqué M. Dupuis à La Presse.

Une information que les principaux intéressés ont refusé de confirmer, entretenant le flou sur les motifs du changement de salle. « L'Association des parents catholiques a pris sa décision après avoir parlé à quelqu'un d'ici [le diocèse], c'est un fait », a indiqué Lucie Martineau, porte-parole de l'Église catholique de Montréal. « Je n'ai rien d'autre à ajouter. » Elle a refusé de dévoiler le contenu de cette discussion et a renvoyé La Presse à l'Association des parents catholiques.

Au sein de l'organisation, on refuse aussi d'exposer la nature de la discussion avec les autorités catholiques. « On avait une salle. On n'avait plus de salle. Alors, on a trouvé une autre salle », s'est limité à dire Raymond Ayas, porte-parole de l'association, précisant qu'ils ne s'étaient pas « sentis expulsés ». « Vous faites affaire avec deux entreprises privées qui font un événement privé », a-t-il ajouté pour justifier l'absence d'information claire.

Les deux mêmes conférenciers étaient réunis sur le même thème le lendemain dans un club de golf de Cap-Rouge, près de Québec. L'Association des parents catholiques n'était toutefois pas l'organisatrice de cette rencontre.

UN « SERVICE D'ORDRE » D'EXTRÊME DROITE

Sur les réseaux sociaux, le groupe d'extrême droite Atalante Québec - qui arbore des symboles liés au nazisme - s'est vanté d'avoir servi de « service d'ordre » pour l'événement.

« Je pense que personne ne leur a demandé d'être un service d'ordre. Ils se sont autoproclamés service d'ordre », a affirmé Jean-Claude Dupuis, affirmant ne les connaître que parce qu'ils ont assisté à d'autres de ses conférences dans le passé.

M. Dupuis a lui-même un passé identitaire : il a joué un rôle important dans le groupuscule Jeune nation dans les années 90, un pan de sa vie qu'il est loin de renier puisqu'il vient de rééditer cette année ses « écrits polémiques » de l'époque.

Marion Sigaut n'a pas répondu aux messages de La Presse.

Raymond Ayas a défendu les conférenciers, plaidant qu'ils n'étaient « pas controversés du tout ».




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer