Le maire Coderre durement critiqué... au Sénégal

Le maire Denis Coderre en juin 2015 avec... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le maire Denis Coderre en juin 2015 avec son homologue de Dakar, Khalifa Sall, aujourd'hui détenu pour une affaire de détournement de fonds publics.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une sortie de Denis Coderre pour demander la libération du maire de Dakar, arrêté au Sénégal dans une affaire de fausses factures, a suscité la colère de l'ex-première ministre du pays. Aminata Touré estime que son pays n'a pas de leçons à recevoir de Montréal avec tous les scandales de corruption ayant ébranlé la métropole québécoise.

«Les affaires qui ont secoué les mairies de Montréal et de Laval ressemblent comme deux soeurs jumelles à celles de la mairie de Dakar. Pour autant, avez-vous eu à adresser des vidéos de soutien aux maires Applebaum et Vaillancourt? [...] La corruption des élites est tout aussi inacceptable à Montréal qu'à Dakar», a écrit l'ex-première ministre du Sénégal dans une longue lettre diffusée sur sa page Facebook.

Le 7 mars dernier, le maire de Dakar, Khalifa Sall, a été arrêté dans une affaire de détournement de fonds publics. Incarcéré depuis, il est accusé de s'être approprié 2 milliards de francs CFA, soit environ 4 millions de dollars canadiens. Il risque ainsi de cinq à dix ans de prison. Ses partisans crient au complot, estimant que son arrestation vise simplement à l'empêcher de prendre part aux élections législatives de juillet, puis de se présenter à la présidentielle de 2019, lui qui est vu comme l'un des principaux opposants au président Macky Sall.

Son arrestation a soulevé une vague d'indignation à l'international, plusieurs membres de la Francophonie appelant à sa libération. Parmi eux, Denis Coderre, qui préside l'organisation Métropolis, dont fait partie Dakar. Le maire de Montréal a diffusé une vidéo il y a quelques jours pour appeler à la libération de Khalifa Sall.

Sa sortie a toutefois été bien mal reçue par l'ex-première ministre du Sénégal, qui a été auparavant ministre de la Justice du pays. Dans sa lettre publiée hier, Aminata Touré lui réplique sèchement que Montréal a été durement ébranlé par un scandale de corruption, citant la commission Charbonneau.

«Les conclusions sulfureuses de ce rapport ont mis en exergue un vaste système de corruption basé sur des appels d'offres truqués au sein de la mairie de Montréal avec versement de pots-de-vin à divers politiciens», affirme M. Touré.

«Réputation fortement ternie»

Mme Touré rappelle également que le prédécesseur de M. Coderre, Michael Applebaum, a été arrêté et récemment reconnu coupable de fraude. Elle ajoute à son portrait l'arrestation de l'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt.

Estimant que «le paternalisme et la condescendance n'ont plus leur place dans nos relations», Aminata Touré invite Denis Coderre à «s'abstenir de s'immiscer dans les affaires judiciaires du Sénégal». Elle lui recommande plutôt de «s'appliquer dans la gestion de [sa] propre mairie afin de rebâtir sa réputation fortement ternie dans un passé récent par les scandales de corruption et de fraudes».

Joint hier, le cabinet de Denis Coderre a indiqué que la sortie d'Aminata Touré ne changeait en rien son appui à Khalifa Sall. Il se dit toujours «préoccupé par la situation actuelle et l'incarcération d'un maire dûment élu. Le souhait du maire de Montréal est que le maire de Dakar puisse exercer ses fonctions de maire dans le respect des règles de droit et des principes démocratiques».

Les maires de Montréal et de Dakar se sont fréquemment croisés dans des événements internationaux et se sont rencontrés au moins une fois, Khalifa Sall étant dans la métropole québécoise en juin 2015 pour participer au Sommet sur le Vivre ensemble. Sall est le secrétaire général de l'Association internationale des maires francophones.

Aminata Touré est une fidèle de longue date du président sénégalais Macky Sall. Elle a été ministre de la Justice de 2012 à 2013 avant de devenir première ministre jusqu'en juillet 2014. Elle avait été contrainte de démissionner après avoir perdu des élections législatives... face à Khalifa Sall.

Aminata Touré, en 2012.... (SEYLLOU, archives AFP) - image 2.0

Agrandir

Aminata Touré, en 2012.

SEYLLOU, archives AFP

Extraits de la lettre d'Aminata Touré

« Votre prédécesseur a été reconnu coupable en janvier dernier de fraude envers le gouvernement canadien, abus de confiance et de complot dans le but de commettre un abus de confiance. Il y a également le cas du maire de Laval de 1989 à 2012, Gilles Vaillancourt, toujours dans votre province du Québec, qui lui a préféré plaider coupable face aux accusations de corruption massive ; il va passer 2 ans derrière les barreaux. »

« Figurez-vous que nous, au Sénégal, aspirons aux mêmes standards de bonne gouvernance que vous, au Canada. »

« Savez-vous que l'espérance de vie au Sénégal n'est que de 60 ans et que les sommes d'argent incriminées pour les fausses factures de la mairie de Dakar permettraient de financer la création de 15 postes de santé équipés, logements de la sage-femme et de l'infirmier compris ? Sans bonne gestion de nos deniers publics, il est impossible d'atteindre nos objectifs de développement ! »

« Ce message est aussi adressé à votre collègue Mme la Mairesse de Paris qui doit bien se souvenir du scandale des faux emplois de la mairie de Paris qui ont, en leur temps, défrayé les chroniques judiciaires. »




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer