• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Anticosti: Couillard comprend l'opposition des autochtones aux hydrocarbures 

Anticosti: Couillard comprend l'opposition des autochtones aux hydrocarbures

Philippe Couillard... (Photo Stephane Mahe, archives Reuters)

Agrandir

Philippe Couillard

Photo Stephane Mahe, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Hambourg

Le premier ministre Philippe Couillard comprend les préoccupations des autochtones qui veulent bloquer un projet d'exploration d'hydrocarbures sur l'île d'Anticosti.

En mission en Europe, M. Couillard a affirmé mardi que l'opérateur du projet, la société Pétrolia, ne les a pas suffisamment consultés.

Selon le premier ministre, la demande d'injonction que s'apprête à déposer une communauté innue de la Côte-Nord est le résultat de cette communication déficiente.

M. Couillard a affirmé qu'il est mal à l'aise avec l'utilisation de l'eau de l'île qui servira aux opérations de forage par fracturation hydraulique, qui ont récemment reçu l'autorisation du ministère de l'Environnement.

Environ 30 millions de litres d'eau de cours d'eau sur l'île, dont deux rivières à saumons en voie de disparition, seront utilisés pour les trois puits.

M. Couillard a estimé que le gouvernement fédéral pourrait encore avoir son mot à dire sur l'impact de l'exploration sur les populations de saumons d'Anticosti.

Dans un point de presse qui a suivi une visite du port de Hambourg, M. Couillard a affirmé qu'il n'est pas favorable au projet de blocus des autochtones de Mingan, si jamais leur injonction est refusée par les tribunaux.

M. Couillard a établi un parallèle entre l'opposition des autochtones de l'Assemblée des Premières Nations au projet d'oléoduc TransCanada Énergie Est et le projet sur Anticosti.

«On n'est pas en 1980, a-t-il dit. Les projets de ressources naturelles dans les territoires revendiqués par les Premières Nations doivent comprendre au minimum la consultation des Premières Nations, ce n'est pas mineur ce qui se passe, pas plus que pour ce qui est arrivé avec l'Assemblée et le projet de TransCanada. Que pour ce projet-là je les comprends très bien d'être préoccupés bien sûr.»

M. Couillard a exprimé son malaise face à l'implication financière du gouvernement dans le projet, pour lequel les premiers pourparlers ont commencé en 2012 quand les libéraux étaient au pouvoir.

«Mais non je ne suis pas à l'aise, je l'ai dit l'autre jour, je regrette beaucoup que ce soit le cas, a-t-il dit. Mais moi je suis pris avec le contrat que le PQ a signé en campagne électorale, c'est exactement ça la situation. C'est terrible 30 millions (de litres) d'eau dans une rivière à saumons.»

Dans son édition de mardi, le quotidien Le Devoir a rapporté que les Innus de Mingan souhaitent déposer une demande d'injonction d'ici le 15 juillet.

À défaut de l'obtenir, ses dirigeants ont indiqué leur intention d'aller occuper l'île pour empêcher les forages.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer