• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Québec ne renouvelle pas le contrat d'André Boisclair au COMEX 

Québec ne renouvelle pas le contrat d'André Boisclair au COMEX

André Boisclair... (PHOTO Martin Chamberland, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

André Boisclair

PHOTO Martin Chamberland, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

André Boisclair quitte la présidence du COMEX, de même que ses fonctions de conseiller spécial du ministre du Développement durable, David Heurtel.

L'ancien chef du Parti québécois aura droit à une allocation de transition estimée à environ 45 000 $.

Le contrat de deux ans de M. Boisclair, à titre de président du Comité d'examen des répercussions sur l'environnement et le milieu social (COMEX), prenait fin en décembre dernier et le gouvernement a décidé de ne pas le renouveler.

M. Boisclair a annoncé mercredi qu'il retournait au secteur privé, sans donner de précisions.

C'est l'ancienne responsable de la campagne internationale pour la conservation boréale de Canards Illimités Canada, Suzanne Méthot, qui lui succédera à la tête du COMEX à compter de la fin mars.

L'annonce de sa nomination a été faite mercredi, en marge de la séance hebdomadaire du conseil des ministres.

Le COMEX est chargé de tenir des audiences sur le territoire régi par la Convention de la Baie-James.

M. Boisclair avait été nommé à la tête du COMEX par le gouvernement Marois, en décembre 2013, avec un salaire de 175 000 $.

Un an plus tôt, il avait été nommé délégué général du Québec à New York par le gouvernement péquiste. On lui avait aussi offert une permanence dans la fonction publique. Mais cette décision, critiquée par l'opposition, avait soulevé la controverse et le gouvernement lui avait retiré ce privilège.

Quelques mois plus tard, il avait demandé à être relevé de ses fonctions à New York afin de pouvoir préparer une  bataille juridique l'opposant à l'ex-député caquiste Jacques Duchesneau.

Ce dernier avait fait un lien entre la consommation passée de cocaïne de M. Boisclair et une subvention de 2 millions $ accordée en 2003 à son ami et entrepreneur Paul Sauvé, dont le nom a déjà été associé aux Hells Angels.

André Boisclair avait intenté une poursuite pour diffamation de 200 000 $ contre M. Duchesneau, la Coalition avenir Québec ainsi que son chef, François Legault. Les parties avaient finalement conclu une entente à l'amiable en décembre 2014.

Peu après son départ de la délégation, il avait été nommé au COMEX. En juin 2014, en parallèle à ses fonctions au COMEX, M. Boisclair devenait également conseiller spécial, à temps partiel, du ministre David Heurtel, sur les questions climatiques. Le gouvernement libéral avait calculé alors que son poste au COMEX lui laissait beaucoup de temps libre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer