Le corps d'un homme retrouvé sous la glace du fleuve

Les pompiers de Montréal, après d'intenses efforts, ont... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Les pompiers de Montréal, après d'intenses efforts, ont réussi à repêcher la dépouille sans vie de Michel Henri, 66 ans, peu après l'heure du midi, hier.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ses amis l'avaient averti du danger, mais il tenait absolument à se rendre à sa cabane de pêche au large de Pointe-aux-Trembles. Il a enfourché son VTT et s'est aventuré sur la glace du fleuve Saint-Laurent. Jusqu'à ce que la glace cède sous lui et l'entraîne dans un piège mortel.

La famille et les voisins étaient sous le... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse) - image 1.0

Agrandir

La famille et les voisins étaient sous le choc.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Les pompiers de Montréal, après d'intenses efforts, ont réussi à repêcher la dépouille de Michel Henri, 66 ans, peu après l'heure du midi, hier.

«Sa famille était au bord de l'eau, ils voulaient absolument voir le corps. C'était atroce», raconte Jacques Chartier, résidant du coin et ami de la victime.

MOINS ÉPAIS DE GLACE

Retraité, amateur de pêche sur la glace, Michel Henri avait installé sa cabane à un kilomètre de la berge montréalaise, entre l'île aux Vaches et l'île Sainte-Thérèse. Les deux petites étendues de terre, vis-à-vis de Pointe-aux-Trembles et de Varennes, ne sont reliées à aucun pont.

Au cours des derniers jours, Michel Henri s'inquiétait de l'état de son installation et voulait s'assurer qu'elle tenait le coup. Mais des amis lui déconseillaient de s'aventurer sur la glace.

«L'an passé, on pouvait aller là en voiture, il y avait 36 pouces de glace. Mais cette année, ce n'est pas un bon hiver pour ça. Surtout avec le redoux, et le vent qui fait bouger l'eau et empêche la glace d'épaissir. Là, on a mesuré, il y a à peine quatre pouces et demi d'épais. On lui disait d'attendre au moins jusqu'à dimanche, parce qu'ils annoncent un gros froid», explique M. Chartier.

Mais Michel Henri ne voulait pas attendre. Il est parti en VTT sur la surface gelée jeudi matin.

Comme il ne donnait pas de nouvelles et ne répondait pas au téléphone, un autre riverain est parti à pied à sa recherche, en testant la solidité de la glace avec un bâton au fur et à mesure. Après avoir remarqué des effets personnels abandonnés, il a trouvé la dépouille figée sous la glace.

APPEL À LA PRUDENCE

«Vers 9 h 50, un appel est entré au 911 pour un homme coincé sous la glace du fleuve. L'enquête a été confiée à la section des enquêtes collisions du SPVM, car il y a possibilité que l'homme était en VTT», explique l'agent Manuel Couture, porte-parole du corps policier.

«C'était un grand comique, on ne l'appelait pas le gros Michel pour rien, on avait tellement de fun avec lui. C'était quelqu'un qui faisait très attention à ses choses, peut-être trop... Ça lui a coûté la vie», a laissé tomber M. Chartier.

La police de Montréal a appelé la population à la prudence. «Il faut faire particulièrement attention sur la glace, surtout avec les changements de température», a souligné l'agent Couture.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer