Le développement de Laval stoppé net

Ce matin, le maire de Laval Marc Demers... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Ce matin, le maire de Laval Marc Demers entend livrer un message pour stimuler l'économie à la centaine de constructeurs et de promoteurs qui seront réunis dans un hôtel de la ville.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec le départ du maire Gilles Vaillancourt en 2012 et la mise en tutelle qui a suivi, le développement de Laval s'est arrêté net. Le problème est devenu si aigu que la nouvelle administration de Marc Demers tentera aujourd'hui de retisser les liens avec les promoteurs immobiliers et les entrepreneurs lors d'une rencontre de «grande réconciliation» où seront présentées les nouvelles règles du jeu.

«C'est un acte d'humilité de la part de la Ville. On s'expose aux critiques constructives. [...] Le but, c'est essentiellement de demander ce qu'on peut faire pour être une administration plus efficace pour les accompagner», a expliqué hier le maire Marc Demers à La Presse.

Une centaine de constructeurs et de promoteurs sont attendus ce matin dans un hôtel lavallois à l'invitation du maire Demers. Il s'agit d'entreprises membres de l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ) et de l'Association de la construction du Québec (ACQ).

Marché en recul

Tous doivent composer avec l'ère post-Vaillancourt. Du jour au lendemain, il n'y avait plus de «fast track» avec la mairie. Et la fonction publique, jusque-là habituée à répondre aux commandes du maire, ne semblait pas capable de prendre des décisions par elle-même pour mener à bien les projets en marche, dit avoir constaté le directeur de l'APCHQ, Marc Savard. «La machine municipale était complètement sclérosée. Toutes les conditions étaient réunies pour stopper le développement», affirme-t-il.

Selon la Ville de Laval, le nombre de permis de construction qu'elle délivre est en baisse de 20% par rapport à l'année dernière.

«Le développement ou le non-développement est un vrai défi», soutient Marc Savard, qui affirme que les «sonneurs d'alerte» que sont les membres de l'APCHQ ont été nombreux depuis deux ans à s'inquiéter de la situation. M. Savard ajoute toutefois qu'il voit maintenant «une véritable volonté politique» de faire les modifications qui s'imposent.

À l'hôtel de ville, on reconnaît avoir perçu le «désarroi» des employés devant les responsabilités qu'ils doivent assumer. Mais le maire Demers se montre optimiste: «On a changé les mentalités.» En ce qui touche le mécontentement des entrepreneurs, il donne l'assurance que leur point de vue a été entendu.

Éthique, lobbyisme et grogne

Ce matin, le maire Demers entend livrer un message pour stimuler l'économie dans un cadre respectueux des règles d'éthique. Il est fini, le temps où tout passait par le bureau du maire, seul maître à bord.

Une équipe du commissaire au lobbyisme fera aussi une présentation des obligations légales des lobbyistes qui s'adressent aux titulaires de charges publiques dans des activités d'influence. M. Demers rappelle d'ailleurs que «ce n'est pas interdit de rencontrer la Ville pour obtenir un changement de zonage pourvu que cela ne se fasse pas en catimini».

La rencontre permettra également de prendre le pouls des entrepreneurs présents. Une soixantaine de fonctionnaires lavallois assisteront à l'événement afin d'entendre les doléances et noter les corrections suggérées.

La Ville de Laval a toutefois déjà une bonne idée des problèmes. L'été dernier, elle a commandé un sondage qui a été mené auprès des gens d'affaires de Laval. Le maire en dévoilera les résultats. On sait déjà qu'ils ne sont pas tendres à l'égard de la bureaucratie lavalloise.

Le cabinet du maire ne cache pas que les entrepreneurs estiment le processus décisionnel trop lent et inefficace. Les personnes sondées soulignent que les entreprises sont mal accompagnées dans les dédales administratifs et qu'il n'y a pas de coordination entre les services.

Concertation

La rencontre de ce matin sera également l'occasion d'annoncer la création d'un forum permanent de discussions afin de corriger le tir au fur et à mesure que les problèmes se présentent. M. Demers apportera des précisions. Chose certaine, à l'APCHQ et l'ACQ, on accueille favorablement cette «démarche originale» pour susciter «un dialogue ouvert». On estime que cela pourrait contribuer à contrer «le climat de suspicion» en place.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer