Si vous vous êtes promenés sur la place des Festivals, récemment, cette zone à l'ouest du Musée d'art contemporain, le long de la rue Jeanne-Mance tout juste au nord de la rue Sainte-Catherine, vous avez probablement remarqué la présence d'un local vitré, une sorte de conteneur transparent déposé sur le trottoir longeant l'enceinte du MAC. Vous avez peut-être même vu des ouvriers en train de s'affairer à construire une cuisine souterraine ou à installer des plafonds transparents. Ce local futuriste se prépare en effet à devenir un restaurant.

Marie-Claude Lortie LA PRESSE

C'est là qu'ouvre dès demain le nouveau petit frère, ou plutôt la nouvelle petite soeur du restaurant Toqué!. Appelée Brasserie T!, clin d'oeil au T de Toqué! et au point d'exclamation qui fait aussi partie du nom du célèbre restaurant du chef Normand Laprise, cette nouvelle adresse sera consacrée à la mise en application des principes de l'institution de la place Jean-Paul-Riopelle, mais dans un contexte pas mal plus convivial.

 

On laisse tomber les nappes blanches, on pense hamburgers, saucisses, cochonnailles, bouteilles de vin dont les prix commencent à 25$...

«Ce sera la même vision que Toqué!, très pointue sur le produit», explique Normand Laprise. Oui, comme on reprend le concept de la brasserie d'inspiration française, il y aura par exemple de la bavette au beurre, mais de la bavette d'un petit producteur ontarien, Cumbrae Farms. Et oui, il y aura du jambon, mais fait avec le porc de Gaspor de Saint-Canut... Même chose pour les salades, les légumes, les pousses... On simplifie les recettes en gardant seulement trois étapes avant le service. On baisse les prix. Mais on garde la netteté des saveurs et la traçabilité des origines, et on desserre la cravate.

«Il va même y avoir un écran de télé pour regarder les matchs de hockey, lance Laprise en riant. On va pouvoir prendre un verre de vin, manger des charcuteries et regarder le hockey. Quoi de mieux?»

On s'entend, cependant, la boîte vitrée, conçue par la maison Daoust Lestage, n'a rien d'un bar sportif traditionnel. L'aménagement signé Jean-Pierre Viau est hyper contemporain avec lignes épurées et matériaux lisses. C'est dans la vaisselle et l'assiette, explique Laprise, que le côté très convivial sera exprimé. «On a fait trancher des rondelles de bouleau pour les fromages.» Et Christine Lamarche, copropriétaire avec lui du Toqué! et de ce nouveau T!, a couru les marchés aux puces pour trouver des tasses de porcelaine dépareillées.

Laprise a beaucoup d'idées hors normes pour ce nouvel établissement qui devra cependant fonctionner sans permis d'alcool au moins jusqu'au 5 juillet, délais bureaucratiques obligent. Il pense à un bar à huîtres, il aimerait organiser des méchouis ou faire des cochons entiers grillés sur la place pendant le festival Montréal en lumière. Il aimerait bien que sa terrasse fonctionne même en hiver, avec des grosses couvertures pour réchauffer tout le monde et peut-être des chaufferettes. «Spectra (membre d'un partenariat qui coordonne le Quartier des spectacles, NDLR) veut que cet espace vive, même en hiver», dit-il en regardant la grande place, avec ses jeux d'eau.

Le nouvel établissement de 55 places assises à l'intérieur et de 45 places extérieures servira aussi beaucoup de plats dont les recettes ont été glanées année après année par le chef et par son équipe, pilotée notamment par Charles-Antoine Crête, le second du Toqué!. Il y aura par exemple des îles flottantes et des fondus parmesan, comme au temps des débuts de Laprise dans les grands restaurants du Vieux-Québec. Le chef veut aussi présenter au public la nouvelle «saucisse de Montréal» à la pintade qu'il a créée et qui, espère-t-il, s'imposera ici comme probablement, jadis, une certaine sorte de saucisse s'est imposée à Toulouse...

Ferreira aussi

À la porte juste à côté, dans le prolongement, Carlos Ferreira - propriétaire du Ferreira Café et du Vasco de Gama, une des meilleures sandwicheries en ville - ouvre lui aussi un nouvel établissement: le F Bar. Celui-ci sera consacré aux plats en casseroles, que ce soit des mijotés ou des plats cuits à l'étuvée, toujours dans la tradition portugaise comme tous les autres restaurants de M. Ferreira. Cette nouvelle adresse doit ouvrir le 29 juin, encore là sans alcool pour quelques jours à cause de délais imposés par le système d'émission de permis. Le chef en cuisine sera Gilles Herzog, qu'on a connu au Derrière les fagots de Laval, fermé récemment.