La fabrication de fromages au Québec aurait débuté dès l'arrivée des premiers colons à l'île d'Orléans, en 1635, et ce paillasson est directement inspiré de la recette utilisée à cette époque.

Violaine Ballivy LA PRESSE

Ce fromage fermier était préparé avec les rares surplus de lait sur un paillasson de roseaux auquel il doit son nom, et était toujours fabriqué par une quarantaine de familles à l'île d'Orléans dans les années 40.

Abandonnée dans les années 70, la production commerciale a été relancée en 2004 et le paillasson est désormais offert dans une foule de fromageries de la province et à l'île d'Orléans.

Fait de lait de vache pasteurisé, affiné quelques jours à peine, il se déguste chaud, rôti quelques minutes à la poêle.

Pas trop salé et moins caoutchouteux que le halloumi, mais assez peu goûteux aussi, il gagne à être servi avec un plat, coupé en pointes sur une salade ou un potage de légumes.