Source ID:bf11d3d46c6b34c7ac095ff25a567d29; App Source:StoryBuilder

Tout autour du monde, jamais sans leur téléphone

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Au plus fort des combats en Syrie ou dans un cartable au Kenya ; pour traiter le paludisme ou étudier les forêts finlandaises ; ou encore pour faire entrer le monde entier dans son petit studio de Pékin : le téléphone est partout.

Cette année, le nombre d'utilisateurs de « téléphones intelligents » devrait dépasser trois milliards, un peu plus de dix ans après le lancement de l'iPhone d'Apple, qui a signé une véritable rupture technologique. L'AFP est allée à la rencontre de ces femmes et hommes qui n'imaginent plus vivre sans téléphone.

Par exemple Moris Atwine, 25 ans. Le jeune entrepreneur ougandais a contribué à développer une technologie mobile permettant de dépister le paludisme sans prise de sang, et de transmettre le résultat sur un téléphone. Au-delà de ce projet, Moris Atwine, qui « ne peut pas passer une journée sans parler à (sa) mère », est en contact « toutes les heures ou presque » « avec ses amis et ses proches, » que ce soit par SMS, par appel vocal ou via (la messagerie) Whatsapp.

Qiao Xi, elle, parle même de son téléphone comme de son « petit ami » . Dans son studio tout bleu à Pékin, la jeune femme de 21 ans chante, danse et raconte sa vie à quelque 600 000 fidèles la suivant sur Huoshan, canal de « live stream » ou vidéo en direct.

Bien loin de cette affluence virtuelle, le principal public de Mohammed Hamroush, c'est sa famille. Ce membre des Casques blancs, ces secouristes engagés dans les zones rebelles en Syrie, explique que « s'il y a un bombardement et que nous allons sur place, ma femme peut s'assurer que je vais bien » . Sans compter que le téléphone lui permet de « savoir où se produisent les bombardements » et de « documenter le travail fait » par les secouristes ainsi que les « massacres » dont il est le témoin.

Saisir des données, c'est aussi l'usage que fait Inna Salminen de son téléphone, dans un environnement tout différent. Il s'agit d'un « outil très important » dont cette ingénieure finlandaise de 27 ans, spécialiste des forêts, se sert « pour collecter toutes les données sur le paysage » . Outre sa fonction de localisation, son téléphone est aussi « un équipement de sécurité », permettant si besoin d'alerter les secours pendant une expédition dans une zone reculée. « J'appartiens à la génération qui n'a que des souvenirs flous de l'époque où je n'avais pas mon propre téléphone portable », raconte-t-elle.

De tels souvenirs d'une vie sans téléphone, Imelda Mumbi n'en a certainement pas. À 13 ans, elle vient de passer le certificat concluant au Kenya le cycle d'école primaire, et utilise son téléphone « pour étudier et réviser et parfois pour m'amuser quand je m'ennuie » . L'adolescente se sert par exemple de l'application Eneza, plateforme de soutien scolaire interactif qui revendique pas moins de 3 millions d'utilisateurs uniques.




la boite: 4391933:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer