(Neil Davidson) Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts dans le monde depuis que Christine Sinclair a écrit une nouvelle page de l’histoire du soccer international, le 29 janvier, aidant le Canada à obtenir son billet pour les Jeux olympiques de Tokyo.

La Presse Canadienne

L’expérimentée capitaine de l’équipe canadienne a bonifié un palmarès déjà impressionnant en effaçant le record de l’ex-joueuse américaine Abby Wambach, qui avait marqué 184 buts sur la scène internationale.

Sinclair a réalisé son exploit lors du Championnat de qualification olympique de la CONCACAF de 2020, à Edinburg, au Texas.

« À mes yeux, il s’agit d’un moment charnière de l’histoire du sport canadien », a affirmé John Herdman, qui a dirigé Sinclair et l’équipe nationale féminine du Canada avant de prendre les rênes de la formation masculine en janvier 2018.

« Une jeune de Burnaby est devenue la plus grande de tous les temps. Il s’agit d’un record qui pourrait ne pas être battu avant longtemps, par un homme ou par une femme. Et elle est Canadienne. »

Ce record de Sinclair a valu à cette légende du soccer le prix Bobbie Rosenfeld à titre d’athlète canadienne féminine par excellence de La Presse Canadienne en 2020.

Sinclair, âgée de 37 ans, mérite cet honneur pour la deuxième fois de sa carrière. Seule joueuse de soccer à avoir gagné ce trophée, Sinclair avait également été élue à ce titre en 2012 après avoir mené le Canada à une mémorable médaille de bronze aux Jeux olympiques de Londres.

Le lauréat du prix Lionel Conacher, présenté à l’athlète canadien masculin par excellence de La Presse Canadienne sera dévoilé mardi. L’équipe par excellence au pays sera connue mercredi.

« Ambassadrice hors pair »

Sinclair a récolté 20 des 66 votes au scrutin mené auprès des directeurs, journalistes et commentateurs sportifs du pays. Une autre joueuse de soccer, Kadeisha Buchanan, qui a remporté la Ligue des champions féminine de l’UEFA pour la quatrième fois, avec le club Lyon, s’est classée deuxième, avec 14 points.

La Québécoise Kim Boutin, spécialiste du patinage de vitesse sur courte piste, a terminé en quatrième place avec huit points, un de moins que la joueuse de basketball professionnel Kia Nurse et un de plus que la golfeuse Brooke Henderson.

« Sinclair s’est encore imposée comme la meilleure joueuse de soccer au pays et l’une des meilleures de la planète, a résumé Michel Tassé, directeur des pages sportives à La Voix de l’Est de Granby. Elle est une ambassadrice hors pair pour un sport toujours en pleine expansion chez nous. »

« Lorsque viendra le temps d’écrire l’histoire du sport féminin dans ce pays, Christine Sinclair méritera son propre chapitre », a révélé Phil King, éditeur de la mise en page au Globe and Mail.

« Et en tant qu’exemple à suivre et athlète de haut niveau, son illustre carrière a pavé la voie à une génération d’athlètes féminines de haut niveau », a-t-il ajouté.

À l’heure actuelle, Sinclair totalise 186 buts et 55 aides en 296 matchs sur la scène internationale.

Elle s’est hissée au sommet de la liste des buteurs dans l’histoire du soccer – tous genres confondus – lors d’une victoire de 11-0 contre Saint-Christophe-et-Niévès, une équipe nationale des Caraïbes classée au 127e rang au monde, à l’époque.

Après avoir égalé le record lors d’un penalty à la septième minute de jeu, donnant ainsi au Canada une avance de 1-0, elle a eu l’aide de quelques-unes de ses compatriotes pour marquer le but historique.

Jessie Fleming a d’abord volé le ballon à une rivale et l’a envoyé vers Adriana Leon, en pleine course. Leon et Sinclair se sont retrouvées dans une poussée à deux contre une, et Leon a passé le ballon à Sinclair, laissée sans surveillance.

Après avoir touché au ballon à l’aide de son pied gauche, Sinclair, d’une distance de six verges, a logé le ballon dans le fond du filet de son pied droit.

Affichant un sourire radieux, Sinclair s’est tournée, les bras grands ouverts, et a secoué ses poings avant que Leon ne lui donne une étreinte.

La célébration s’est poursuivie sur les lignes de côté, où Sinclair a fait rouler le ballon au sol en direction de ses coéquipières qui sont tombées comme des quilles.

Soulagement

Après le match, Sinclair a déclaré qu’elle vit sa vie en « essayant de devenir la meilleure Canadienne possible, à ma manière. »

Saint-Christophe-et-Niévès est devenu le 41 pays contre lequel Sinclair a inscrit au moins un but.

« On dirait que les qualifications olympiques ont eu lieu il y a trois ans, on dirait que c’était un monde différent », a confié Sinclair à La Presse Canadienne, alors qu’elle complétait la 12 journée de sa quarantaine, après être rentrée au pays pour la période des Fêtes.

C’est certain que le record du plus grand nombre de buts – Dieu que ça semble si loin dans le temps – est un important jalon. Surtout de la façon dont le reste de l’année s’est déroulé, c’est certainement l’un des faits saillants. […] Je ne vous mentirai pas ; c’est plutôt cool de voir une Canadienne au sommet du tableau des records.

Christine Sinclair

Sinclair ne cache pas que ce but lui a procuré un grand moment de soulagement.

« Les personnes les plus proches de moi vous diront à quel point ça pesait sur moi, à quel point ça me stressait, d’une certaine manière. […] J’étais donc contente de régler cette question lors du match d’ouverture [au tournoi de la CONCACAF], de sorte qu’en équipe, nous pouvions nous concentrer et, de mon côté, me concentrer sur ce que nous cherchions vraiment à accomplir, soit de nous qualifier pour Tokyo. »

La fierté d’avoir mérité un billet pour Tokyo a été suivie de la déception liée à la décision du Canada de se retirer des Jeux olympiques, qui ont éventuellement été repoussés à 2021 à cause de la pandémie de la COVID-19.

Sinclair se rappelle s’être demandée « Et maintenant, quoi ? »

« Pendant plusieurs mois, pour chacun d’entre nous, nos saisons professionnelles ont toutes été suspendues. Aucun match international. Nous tenions des séances d’entraînement collectif sur nos patios. Nous suivions les cours de Zumba de [la milieu de terrain] Desiree Scott.

« Ç’a été une année difficile pour tout le monde. Chaque personne a sa propre histoire. »

Mais elle voit de « petites lueurs d’espoir que le vent va bientôt tourner ».