Dans tous les coins du monde, des clubs sportifs ont rendu hommage à Diego Maradona samedi, avec des moments de silence avant le début de matchs de soccer en Europe et un geste touchant de l’équipe de rugby de la Nouvelle-Zélande.

Associated Press

Le décès du légendaire argentin continuait d’être ressenti, trois jours après qu’il eut été victime d’une crise cardiaque à l’âge de 60 ans, en banlieue de Buenos Aires où il se remettait d’une opération au cerveau.

Les joueurs et les entraîneurs de Manchester City et de Burnley se sont levés et ont applaudi au moment où l’écran vidéo montrait le fameux sprint en solitaire de Maradona et son but contre l’Angleterre en quarts de finale de la Coupe du monde de 1986. La fameuse « Main de Dieu » s’était produite plus tôt lors de ce match.

« Cette semaine, nous avons perdu un vrai grand nom du football. Diego Maradona représentait tout ce que le football devrait être : expressif, excitant, offensif et libre », a écrit Pep Guardiola, le gérant de Manchester City, dans le programme du match.

PHOTO BENOIT TESSIER, REUTERS

Les joueurs de Ligue 1 de l’équipe de Bordeaux se tiennent devant une grande toile à l’effigie de Diego Maradona.

« Un joueur unique et générationnel qui a apporté de la joie à tellement de gens, a-t-il ajouté. Le football n’oubliera jamais Diego. »

Les joueurs des deux équipes ont tenu leur routine d’avant-match pendant que résonnait dans le stade Etihad la chanson « Live is Life » du groupe autrichien Opus. C’est à l’air de cette pièce que Maradona s’était lui-même échauffé avant un match de l’équipe de Naples, en 1989.

Avant le duel de son équipe contre Leeds, Carlo Ancelotti, le gérant d’Everton, a eu de la difficulté à contenir ses émotions. Il a fait un signe de croix et a donné un bec à son doigt après un hommage rendu à Maradona. Ancelotti a joué contre Maradona dans la Série A et a plus tard dirigé l’équipe de Naples.

Maradona a guidé Naples vers les deux seuls titres de son histoire en Série A, en 1987 et en 1990. Il est perçu comme une idole dans cette ville du sud de l’Italie.

Les hommages à Maradona se poursuivront tout au cours du week-end en Série A, où l’on fera entendre « Live is LIfe » dans tous les stades en Italie.

Samedi, tous les joueurs de la Série A se sont présentés sur le terrain avec un brassard noir. Une minute de silence a été observée avant chaque match, avec les joueurs rassemblés autour du cercle central.

À la 10e minute de chaque partie jouée en Série A, une photo de Maradona a été affichée au tableau indicateur, en l’honneur du numéro qu’il a porté.

Les hommages ne se sont pas limités qu’au soccer.

Avant le match de rugby dans le cadre du tournoi Tri-Nations 2020 contre l’Argentine samedi, le capitaine de l’équipe de la Nouvelle-Zélande, Sam Cane, a déployé un chandail des All-Blacks sur lequel avaient été apposés le nom et le numéro 10 de Maradona.

PHOTO RICK RYCROFT, ASSOCIATED PRESS

Le capitaine des All-Blacks Sam Cane alors qu'il dépose un chandail portant le nom et le numéro 10 de Maradona.

Au moment où ses coéquipiers s’alignaient pour effectuer le haka, Cane est sorti du groupe, a marché vers le centre du terrain et a déposé le chandail au sol, pendant que les joueurs argentins assistaient à la scène, bras dessus, bras dessous.

« Il s’agit d’un geste, d’un témoignage, et d’une façon d’afficher notre respect pour une légende argentine, une légende mondiale dans son domaine aussi », a expliqué Cane, après le match, que la Nouvelle-Zélande a gagné 38-0.

Plusieurs joueurs de l’Argentine ont approuvé d’un signe de la tête l’initiative de leurs rivaux.

« Diego Maradona a évidemment été très important pour l’Argentine et je suis sincèrement reconnaissant envers les All-Blacks », a déclaré Pablo Matera, l’un des joueurs des Pumas.

« Il a été une grande inspiration pour chacun de nous : joueurs, instructeurs et le peuple de l’Argentine. »