La période des faux espoirs est désormais terminée. Les Steven Stamkos, Sidney Crosby, Alexander Ovechkin sont bien installés en tête du classement des compteurs, d'autres les rejoindront sous peu, et les Matt Cullen, Josh Bailey et Blake Comeau ont descendu au classement et ne devraient pas remonter.

Mis à jour le 16 nov. 2010
Mathias Brunet LA PRESSE

Certains joueurs ont pourtant suscité beaucoup d'espoir en octobre chez les poolers. Dont Comeau et Bailey, deux protégés de Scott Gordon, entraîneur que les Islanders de New York ont congédié hier.

Un lecteur me demandait avec beaucoup d'à-propos récemment comment on pouvait déterminer si l'ascension d'un joueur encore méconnu était durable ou non.

Il y a évidemment beaucoup d'impondérables, mais si le joueur en question est âgé de 25 ans ou plus et n'a jamais amassé plus de 40 points en une saison, son départ fulgurant sera probablement un mirage. Pour un Rich Peverley, il y a 10 Tomas Kopecky (catégorie 1).

Dans la même veine, un hockeyeur qui a occupé un rôle défensif pendant la majorité de sa carrière ne deviendra pas subitement offensif.

Certains joueurs profitent parfois de la blessure à un coéquipier pour être utilisés plus souvent et produire à un rythme plus régulier. Mais il s'agit souvent d'un phénomène temporaire (catégorie 2).

Il y a enfin ces jeunes qui n'ont pas le profil d'une future vedette et qui traverseront au moins une longue période léthargique parce qu'on les surveille plus étroitement ou encore parce qu'ils n'ont pas la résistance physique nécessaire pour garder une telle constance (catégorie 3).

J'ai dressé il y a quelques semaines une liste de 10 joueurs au départ explosif. Dans la majorité des cas, leur production a chuté dramatiquement.

Patrick Sharp a obtenu sept points à ses cinq premiers matchs. Comme il avait déjà amassé 66 points et qu'il joue à profusion au sein d'un club offensif, j'avais prédit une saison de 65 à 75 points cette année. Il a amassé 12 points à ses 14 matchs suivants, ce qui est dans l'ordre des choses.

En l'absence de John Tavares, le jeune premier choix des Islanders en 2008, Bailey, a obtenu six points, dont trois buts, à ses cinq premiers matchs. C'est le désert depuis puisqu'il a amassé une maigre passe au cours des 10 rencontres suivantes. Il entre dans les catégories 2 et 3.

Kopecky, des Blackhawks de Chicago, se classe dans la catégorie 1. Avec sept points à ses six premiers matchs, il n'allait pas garder une telle constance. Il a obtenu deux maigres points à ses 13 dernières rencontres.

John-Michael Liles, défenseur offensif de l'Avalanche du Colorado, a déjà atteint la marque des 40 points dans le passé. Il a un peu ralenti depuis qu'il a obtenu sept points à ses cinq premiers matchs, mais il en a tout de même amassé six à ses 11 derniers, ce qui n'est pas mal du tout pour un défenseur.

Clarke MacArthur s'est écroulé comme le reste de ses coéquipiers à Toronto. Six points à ses quatre premiers matchs, sept à ses 12 derniers. Ce n'est quand même pas si mal, mais sa production devrait continuer à diminuer.

Comeau, des Islanders, a encore l'excuse de la jeunesse à 24 ans, mais il n'a jamais été très constant. Cet attaquant a été médiocre en première moitié de saison l'an dernier, mais étincelant par la suite. Cette année, il a commencé sur les chapeaux de roues avec six points en cinq matchs, mais seulement trois à ses 13 derniers.

Alex Goligoski, des Penguins de Pittsburgh, a obtenu six points à ses six premiers matchs, mais cinq à ses 12 derniers. C'est un défenseur qui peut produire. Si l'on fait une moyenne, il devrait obtenir de 35 à 40 points.

Cullen, du Wild du Minnesota, fait partie de la catégorie 1. Il ne fallait pas s'attendre à une saison de 80 points après ses six points en quatre matchs. Il en a obtenu huit à ses 12 derniers et, si tout va bien, il terminera avec une cinquantaine de points.

James Neal est un jeune prometteur qui, à 23 ans, commence à avoir une belle maturité. Il a entamé la saison avec six points en quatre matchs et amassé sept points à ses 11 derniers. Il devrait au moins égaler ses 55 points de l'an dernier.

John Carlson a vu sa production chuter depuis le retour de Mike Green à Washington. Six points à ses cinq premiers matchs, trois à ses 13 derniers. À l'inverse, P.K. Subban, l'un de ses rivaux pour le Calder, qui a sept points à ses 17 premiers matchs, devrait amasser plus de points en l'absence d'Andrei Markov.