Un coup de départ dans une trappe de sable. Voilà à quoi faisait penser le tournoi de golf annuel du Canadien, mercredi matin au Club Royal Montréal de l'Île-Bizard, organisé en l'absence des joueurs et sans la fébrilité qui accompagne normalement l'ouverture du camp d'entraînement.

Mis à jour le 19 sept. 2012
Marc Antoine Godin LA PRESSE

Michel Therrien s'est dit frustré par la situation actuelle. Il aurait aimé marquer le coup en tant que nouvel entraîneur-chef du Canadien, mais le lock-out le force pratiquement à se tourner les pouces.

«On a travaillé très fort cet été pour se préparer et on est prêt, a indiqué le nouveau pilote du Canadien. On ne peut pas aller plus loin que là où l'on a été.

«Je suis comme un lion en cage et j'ai hâte de sortir», a-t-il ajouté.

Lorsqu'un journaliste lui a demandé s'il avait déjà déterminé ses trios, Therrien a répondu: «tout ce que je peux vous dire, c'est que le trio de David Desharnais va demeurer intact. Tout le reste est ouvert.»

C'est déjà ça.

Therrien a consacré les derniers mois à façonner, en compagnie de ses adjoints Gerard Gallant, Clément Jodoin et Jean-Jacques Daigneault, un système de jeu qui sera différent de ce qu'on a vu chez le Canadien au cours des dernières années.

«J'estime que nous sommes une équipe rapide, mais il faut utiliser cette vitesse et se montrer agressifs, a expliqué Therrien. Nous allons arriver avec une structure différente. Nous avons déjà mis en place la façon dont nous allons l'enseigner aux joueurs, mais on aurait aimé avoir plus de temps avec eux (pour l'implanter).»

Garder la forme

Avant que le lock-out ne soit décrété, Therrien a pris le soin de s'asseoir avec plusieurs joueurs. Dans plusieurs cas, il s'agissait d'un premier contact individuel. Il s'est entre autres entretenu avec Carey Price.

«Il est dans une forme splendide, il est peut-être dans la meilleure condition physique qu'il n'a jamais été, sauf qu'il est déçu lui aussi par la tournure des événements», a confié le coach.

Le maintien d'une forme optimale a été au centre du message que Therrien voulait transmettre le nouvel entraîneur à ses ouailles. Et il s'est assuré que Brian Gionta et Francis Bouillon en soient les porte-voix.

«Je me suis assuré auprès de Gionta qu'il remplisse son rôle de capitaine et qu'il s'assure que les gars maintiennent une excellente condition physique. Ils ne doivent pas se laisser décourager par ce qui se passe.»

C'est justement pour garder une forme «de match» que Tomas Plekanec, Yannick Weber et Raphael Diaz ont conclu des ententes avec des clubs européens. On peut d'attendre à ce que d'autres coéquipiers leur emboitent le pas.

Il sera intéressant de voir ce que décidera Andrei Markov à ce sujet. On devine le vétéran défenseur anxieux de jouer des matchs, mais il n'est pas évident qu'une formation russe sera prête à débourser des frais d'assurance exorbitants pour l'ajouter à sa formation.

«Je dois justement avoir des discussions dans un avenir rapproché avec Andrei à propos de ses plans», a fait savoir Don Meehan, l'agent du défenseur de 33 ans.

Marc Bergevin s'est dit impuissant par rapport à ce qu'allait décider Markov, dont le genou a causé plus de maux de tête au Canadien que rapporté de victoires depuis deux ans.

«Depuis le 15 septembre, je n'ai aucun contrôle sur ce que les joueurs décident de faire pour garder la forme», s'est limité à dire Bergevin.