Même si les négociations en vue d'une nouvelle convention collective sont au point mort, Geoff Molson estime que la saison 2012-13 de la Ligue nationale peut encore commencer à temps.

Mis à jour le 20 sept. 2012
Richard Labbé LA PRESSE

Présent au tournoi de golf annuel du Canadien, mercredi à l'Île-Bizard, le propriétaire du club montréalais s'est montré optimiste quant à la résolution de ce conflit de travail dans la LNH, amorcé le 15 septembre.

«J'espère qu'on va jouer le 11 octobre, a-t-il fait savoir. Peut-être même avant ça, on ne sait jamais. Dans des négociations, les choses peuvent tourner rapidement. Tout le monde est touché par ce lock-out, ce n'est pas bon pour personne. On espère que ça se règle le plus tôt possible.»

La direction du Canadien a tenu à rappeler qu'aucune mise à pied n'est prévue pour le moment au sein de l'entreprise. Pour l'instant, les employés du club doivent se contenter d'une semaine de quatre jours de travail.

Geoff Molson en a profité pour offrir de nouveau son appui au commissaire Gary Bettman dans cet épineux dossier.

«Tous les propriétaires, nous sommes unis avec lui, de dire M. Molson. On s'appuie, les 30 équipes. Ça avance... Le plus important, c'est d'avoir une entente qui est bonne pour tous à long terme. Il faut que la ligue soit en bonne santé, et il faut faire des ajustements.»

> Philippe Cantin: Des ajustements?

Le propriétaire du CH est bien au fait de la déception des fans, de la colère aussi. Un coup d'oeil rapide sur certains réseaux sociaux (Twitter, entre autres) permet de comprendre que plusieurs fans de hockey n'en peuvent plus de cette querelle «entre millionnaires et milliardaires», comme le veut l'expression consacrée.

Geoff Molson assure qu'il comprend tout ça, mais il insiste aussi pour dire que le circuit ne pouvait plus continuer de la même façon.

«Il y a des ajustements à faire, a-t-il répété. Il faut le faire afin que ce soit équitable pour toutes les équipes. Les 30 propriétaires, on s'est réunis la semaine passée à New York, on a discuté des enjeux, et on a décidé ensemble qu'il faut faire ça pour en arriver à une bonne entente pour le futur de la Ligue nationale. Notre désir, c'est d'avoir une nouvelle entente dès que possible. Les fans veulent revoir notre équipe sur la glace et ça, c'est notre priorité.»

Mais le problème demeure le même: personne ne connaît la date du retour des joueurs sur les patinoires, et comme les discussions n'avancent pas, certains membres du Canadien ont déjà pris la route de l'Europe, afin de patiner avec un nouveau maillot sur le dos.

Des joueurs qui vont voir ailleurs, des partisans qui menacent de ne plus jamais revenir... tout ça ne semble pas trop ébranler Geoff Molson, qui persiste à croire que la Ligue nationale ne pouvait plus prospérer avec les conditions de la convention collective précédente, signée par joueurs et propriétaires en 2005.

«Pour que la ligue soit en santé, il faut que les choses soient ajustées. Afin que le modèle économique soit bon pour les 30 équipes, c'est ça que ça prend. Il y a des gros marchés et des petits marchés et ensemble, on veut que la ligue soit en santé.»

Ce lock-out ne fait certes pas l'affaire des fans, mais les dirigeants du circuit n'avaient pas le choix, selon Geoff Molson.

«Ce que Gary Bettman propose, c'est un système pour que toutes les équipes soient rentables. Sous l'ancien système, ce n'était pas le cas. On espère pouvoir avoir une entente qui est bonne pour toutes les équipes et les joueurs.»

Reste à voir si cette entente surviendra avant qu'il ne soit trop tard.