Nazem Kadri a indiqué que les Flames de Calgary ont manifesté leur intérêt dès qu’il est devenu joueur autonome sans compensation, mais il a fallu attendre un « processus élaboré » avant qu’il signe un contrat avec l’équipe jeudi.

Publié le 19 août
David Alter La Presse Canadienne

« J’ai bien fait d’avoir été patient, a dit Kadri lors d’une visioconférence, vendredi. Il y avait des décisions à prendre. »

Les Flames ont ajouté un chapitre à leur saison morte complètement folle, jeudi, quand l’équipe a consenti un contrat de sept saisons et 49 millions US à Kadri.

Avant de pouvoir officialiser cette embauche, les Flames ont expédié l’attaquant Sean Monahan et un choix conditionnel de première ronde en 2025 au Canadien de Montréal en retour de considérations futures afin de faire de la place à Kadri au sein de leur masse salariale.

« C’est l’une des raisons pour lesquelles ça a pris autant de temps », a dit Kadri à partir de Paris, où il est en vacances.

L’Ontarien âgé de 31 ans était l’un des meilleurs joueurs disponibles sur le marché des joueurs autonomes cet été, après la saison la plus productive de sa carrière et la conquête de la coupe Stanley avec l’Avalanche du Colorado.

Il croit avoir des chances de gagner à nouveau les grands honneurs avec les Flames.

« Vous voulez gagner et c’est ce qui a joué un facteur important dans ma décision de venir à Calgary, a dit Kadri. L’équipe est mûre et je crois qu’elle l’a prouvée par ses gestes et avec mon arrivée. »

La saison dernière, Kadri a récolté 28 buts et 59 aides en 71 parties avec l’Avalanche. Il a ajouté 15 points en 16 matchs lors des séries, marquant notamment le but vainqueur en prolongation lors du quatrième match de la finale de la Coupe Stanley contre le Lightning de Tampa Bay.

Il effectuait alors un retour au jeu après avoir subi une blessure lors du troisième match de la finale de l’Ouest contre les Oilers d’Edmonton.

Les Flames espèrent que les arrivées de Kadri et de Jonathan Huberdeau feront oublier les départs des attaquants étoiles Johnny Gaudreau et Matthew Tkachuk.

Gaudreau a quitté via le marché des joueurs autonomes après avoir établi un record personnel avec 115 points. Il a préféré déménager plus près de chez lui et a finalement signé un contrat de sept saisons et 68,25 millions avec les Blue Jackets de Columbus.

De son côté, Tkachuk, qui a récolté 104 points l’hiver dernier, a été échangé aux Panthers de la Floride en retour de Huberdeau et du défenseur Mackenzie Weegar.

Tkachuk aurait pu devenir joueur autonome sans compensation l’été prochain et les Flames ont préféré agir rapidement plutôt que risquer de le voir partir sans rien obtenir en retour.

Huberdeau a aussi explosé la saison dernière avec 115 points et il a bien voulu lier son avenir à celui des Flames en signant une prolongation de contrat de huit saisons et 84 millions.

« C’est normal d’être inquiet quand vous perdez deux joueurs de ce calibre, a dit Kadri. Mais je crois que Brad [Treliving, le directeur général des Flames] a fait un excellent travail pour obtenir des joueurs de qualité. »

Ce n’est pas la première fois que les Flames tentent d’obtenir Kadri. Ce dernier avait utilisé sa clause de non-échange en 2019 quand il portait les couleurs des Maple Leafs de Toronto pour annuler une transaction. Kadri a ensuite été échangé à l’Avalanche le 1er juillet 2019.

« Je ne me voyais pas quitter [Toronto], a dit Kadri en revenant sur cette situation. Ça n’avait rien à voir avec Calgary ou l’organisation. Je voulais rester où j’étais. »

« C’est important pour moi de clarifier ça. C’est important parce que j’ai toujours admiré Calgary et le Canada, en général. Je suis Canadien. J’adore jouer au Canada, mais oui, c’est un peu ironique, mais les Flames ont toujours été sur mon radar. »

Le natif de London, en Ontario, n’a toujours pas encore eu droit à sa journée avec la coupe Stanley cet été, mais il prévoit l’amener dans sa ville natale.

Kadri veut aussi l’amener à Toronto, là où il a passé ses huit premières saisons dans la LNH.

« J’ai beaucoup grandi dans cette ville et il y a encore beaucoup de personnes qui m’appuient », a-t-il dit.