C’est sans Nicklas Backström et Tom Wilson que les Capitals de Washington entameront la prochaine saison. Il s’agit donc d’une occasion en or pour Anthony Mantha de briller.

Publié le 16 août
Nicholas Richard
Nicholas Richard La Presse

Si cette saison ce sont Backström et Wilson qui doivent rater plusieurs semaines en raison de blessures à la hanche et au genou, respectivement, Mantha n’avait pas été épargné la saison dernière. En novembre dernier, il a subi une opération à une épaule. Il a dû s’absenter pendant plusieurs mois, mais il est revenu à temps pour jouer en séries éliminatoires. Il a disputé six matchs, avant que les Panthers de la Floride éliminent les Capitals.

Maintenant que son épaule est rétablie, Mantha est apparu fringant, souriant, mais surtout en pleine forme à l’Invitation Serge Savard, mardi, au club de golf Le Mirage.

Il est de retour dans sa routine estivale habituelle et il a hâte de retrouver l’action. Il dit être heureux d’avoir pu jouer en séries, que passer plusieurs mois hors de la glace l’a grandement affecté. « Jouer des matchs avant l’été a fait du bien mentalement. »

Son souhait le plus cher à la veille de la prochaine saison est d’être en mesure de jouer les 82 matchs prévus au calendrier.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Anthony Mantha avec Guy Carbonneau et Vincent Damphousse

Prendre ses responsabilités

À 27 ans, le Québécois amorcera sa huitième campagne dans la Ligue nationale de hockey. Le joueur natif de Longueuil se retrouve dans un environnement gagnant dans la capitale américaine, ce qui était moins vrai lors de ses six premières saisons dans l’organisation des Red Wings de Detroit.

Il évoluera dans une équipe bourrée de vétérans dont la carrière progresse et qui veut gagner dès maintenant, question de répéter les exploits de 2018.

« Ça ne rajoute pas de pression, a-t-il expliqué sur l’urgence de gagner, parce que les gars savent ce qu’ils veulent et ce qu’il faut donner pour l’avoir. »

Washington a été une bonne équipe pendant plusieurs années. Le but est d’entrer en séries et, rendu en séries, tout le monde le sait, tout peut arriver. Donc pour nous, c’est de prouver qu’on peut bien performer en séries.

Anthony Mantha

Cependant, bien performer en saison n’est pas non plus une assurance. Avec la perte de Backström et Wilson, l’ailier format géant n’aura d’autre choix que de prendre les bouchées doubles. « Je vais avoir un rôle plus important. Je vais prendre tout ce que je peux et je veux donner le meilleur de moi-même », a-t-il ajouté.

En vérité, Mantha veut rendre la pareille à ses coéquipiers. Pendant son absence, la saison dernière, ils ont pallié sa perte. Ce sera à son tour de se lever : « Pour moi, c’est juste de combler les trous qui manquent en travaillant fort. »

Les Caps ont aussi changé leurs joueurs devant le filet. Pour combler les départs de Vitek Vanecek et d’Ilya Samsonov, le directeur général Brian MacLellan a mis sous contrat les cerbères Darcy Kuemper, qui vient de gagner le championnat avec l’Avalanche du Colorado, et Charlie Lindgren, ancien espoir du Canadien de Montréal, en provenance des Blues de St. Louis.

« On a été étonnés, a admis Mantha. On acquiert un gardien qui a gagné la Coupe Stanley l’année passée. C’est beaucoup d’expérience, c’est de la confiance qu’il peut apporter devant le filet. J’ai très hâte de le rencontrer et j’ai hâte de voir comment ça va aller. »