L’équipe canadienne junior a reçu une bonne dose d’humilité, mercredi à Edmonton, à son match d’ouverture du Championnat mondial junior.

Mis à jour le 10 août
Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

Le Canada a battu la Lettonie 5-2, mais jusque tard en troisième, défendait avec ardeur une avance de deux buts.

Les Lettons, rappelons-le, en étaient à leur première présence dans le groupe Mondial depuis 2017. Ils ont perdu leurs deux rencontres précédentes contre les Canadiens par des marques de 16-0 et 10-2.

Le Canada a évidemment dominé ce match, mais les entraîneurs, Dave Cameron en tête, auront du travail à faire pour améliorer le jeu collectif de leurs troupes.

Les jeunes joueurs canadiens ont eu tendance à étirer leurs présences et à tenter trop souvent le jeu parfait ; bref, ils ont manqué d’efficacité. De discipline aussi. Par chance, ils affronteront ensuite la Slovaquie, privée de ses trois meilleurs joueurs, Juraj Slafkovsky, Simon Nemec et Filip Mesar, ce jeudi, puis la Tchéquie samedi, certes pas des puissances mondiales.

Le Canada est privé de ses deux meilleurs défenseurs, Owen Power, premier choix au total en 2021, et Kaiden Guhle, choix de premier tour du Canadien en 2020, il est vrai ; des attaquants de qualité ont aussi déclaré forfait : Cole Perfetti, ballotté entre la LNH et la Ligue américaine l’hiver dernier, Shane Wright, quatrième choix au total en 2022, Dylan Guenther, Jake Neighbours, des choix de premier tour également.

Mais on affrontait la Lettonie et on comptait quand même au sein des deux premiers trios deux choix dans le top 5 en 2021, Mason McTavish, troisième au total, et Kent Johnson, cinquième, tous deux forts de neuf matchs dans la LNH.

Bedard anime le spectacle

Il y a aussi Connor Bedard, 17 ans depuis trois semaines, probable premier choix au total l’été prochain. Le jeune homme originaire de North Vancouver, employé à la droite de McTavish et de l’espoir du CH Joshua Roy au sein du premier trio, a d’ailleurs animé l’attaque du Canada en marquant le premier but du match d’un tir vif et sec, et ajouté une aide en troisième période.

PHOTO JASON FRANSON, LA PRESSE CANADIENNE

Connor Bedard

C’est toujours une bonne sensation de marquer, surtout dès le premier match du tournoi. C’est excitant, peu importe qui compte, mais oui, c’était évidemment spécial pour moi.

Connor Bedard, après la rencontre

À 16 ans, en janvier, Bedard avait eu le temps de marquer quatre buts et d’ajouter une aide en seulement deux matchs avant l’annulation du tournoi pour cause de COVID-19. Le voilà avec sept points en trois matchs au Championnat mondial junior en 2022, même si ses deux premières rencontres seront exclues des statistiques.

Roy aux premières loges

En temps normal, un espoir québécois du CH, premier choix au total de la LHJMQ, auteur de 119 points à sa saison précédente, membre d’un premier trio au Championnat mondial junior ferait vibrer les amateurs.

Parce qu’il a offert une production plus modeste à son année d’admissibilité, en 2020-2021, parce qu’il a été repêché au cinquième tour seulement, Joshua Roy fait moins jaser que les Slafkovsky, Guhle, Mesar et compagnie.

Et c’est sans doute une bénédiction pour lui. Il n’aura pas à connaître la pression subie par les Latendresse, Ribeiro et Leblanc avant lui.

Il n’en demeure pas moins que sa progression est phénoménale. Il a obtenu une aide sur le deuxième but de son équipe, en supériorité numérique, mardi. Il disputera sans doute une autre saison dans les rangs juniors, à Sherbrooke. Mais Roy doit être considéré parmi les espoirs de premier plan du CH.

Un autre espoir du Canadien, Riley Kidney, repêché au deuxième tour en 2021, presque une centaine de rangs devant Roy, a été inséré dans la formation au dernier instant, dans un rôle de 13e attaquant. Il a peu joué, mais a généré quelques belles chances de marquer, et donné une percutante mise en échec.