« C’est une grosse marque de confiance de leur part et de ma part. Ça commence bien ma relation avec les Sénateurs. »

Publié le 8 août
Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Mathieu Joseph n’a joué que 11 matchs avec les Sénateurs d’Ottawa depuis que ceux-ci ont fait son acquisition du Lightning de Tampa Bay, en mars. Mais il a suffisamment montré son savoir-faire pour décrocher un contrat de quatre ans et 11,8 millions de dollars.

« C’est une belle marque de confiance de l’organisation, de Pierre [Dorion, directeur général]. C’est une belle marque de respect aussi », a lancé l’attaquant de 25 ans, samedi, dans les coulisses du Centre d’Excellence Sports Rousseau, où il prenait part à la Classique Kevin Raphael.

« J’ai seulement joué 11 matchs, mais je pense que je suis un gars qui peut aller dans le haut comme dans le bas de l’alignement. Je peux être polyvalent et aider l’équipe à gagner. »

Le Québécois avait « un peu » parlé contrat avec l’organisation à la fin de la saison. « Ils s’alignaient plus sur deux ou trois ans, dit-il. Je pense qu’ils me voyaient dans leur soupe pour les prochaines années. Et moi aussi, honnêtement. J’aime ça, gagner, et je pense qu’on va être capables de gagner. »

Cette entente, c’est la plus importante de la carrière de Joseph jusqu’ici, et de loin. Il touchera près de 3 millions par saison, une augmentation plus que considérable par rapport à ses six dernières campagnes.

« C’est beaucoup d’argent pour un gars comme moi qui ne pensais jamais un jour en faire autant. On va [y] faire attention ! » s’exclame-t-il.

Année de changements

Le 15 août 2021, Mathieu Joseph profitait de sa journée au Québec avec la Coupe Stanley, remportée avec le Lightning de Tampa Bay. Sept mois plus tard, il quittait pour la première fois l’équipe qui l’avait repêché au quatrième tour, en 2015.

« C’est sûr que c’est difficile de partir d’une équipe où tu gagnes et d’un beau spot comme ça, mais ça fait partie de la game, explique-t-il à ce sujet. Sur le coup, je ne m’y attendais pas vraiment. Plus je passais de temps à Ottawa, plus je m’habituais. Ça ne me dérange vraiment pas. J’étais vraiment content de me joindre à un groupe de jeunes comme ça. »

En 11 matchs à Ottawa, il a récolté 4 buts et 8 mentions d’aide. Il a d’ailleurs réussi son premier tour du chapeau dans la Ligue nationale, le 1er avril, à Detroit.

J’ai la confiance des coachs, de mes joueurs. Les gars avaient envie de venir à l’aréna. C’est motivant, c’est positif. Plus tu es positif, plus c’est contagieux dans le vestiaire. Je pense que ç'a été contagieux. J’ai adoré mon temps à Ottawa.

Mathieu Joseph

Le directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion, a été actif pendant la saison morte. Il a notamment acquis le jeune attaquant des Blackhawks de Chicago Alex Debrincat à faible prix, en plus des vétérans Claude Giroux et Cam Talbot. La reconstruction a soudainement été accélérée.

« C’est tout le temps bon pour une organisation, avoir de bons vétérans, soutient Joseph. Cam Talbot et Giroux sont respectés dans la Ligue. Je ne les connaissais pas, j’ai rencontré Talbot il y a deux semaines. Je pense que ce sont de bons gars qui vont bien fitter avec notre équipe. Pas juste sur le plan hockey, mais aussi personnalité. »

« J’ai vraiment hâte de voir ce que ça donne », ajoute-t-il.