(Tampa) C’était le deuxième match de la série Lightning-Panthers, jeudi soir. Le derby de la Floride au deuxième tour des séries de la LNH. Un contexte propice à un réel engouement dans les restos-bars sportifs de Tampa, pourrait-on croire.

Publié le 21 mai
Jean-François Téotonio
Jean-François Téotonio La Presse

À Montréal, il faudrait arriver quelques heures d’avance pour s’assurer d’avoir une table dans un établissement qui diffuserait un tel affrontement.

Ça n’a pas été tout à fait le cas à Tampa, jeudi. Quelques minutes après le début de la première période, en se promenant sur la 7th Avenue du quartier historique Ybor, on avait l’embarras du choix. De restaurants et de tables.

Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’engouement pour le Lightning à Tampa. De grands panneaux sur lesquels il est inscrit « Go Bolts » surplombent quelques pans de l’autoroute sur le chemin de l’aéroport vers notre hôtel. Des vélos en libre-service ont le même slogan affiché sur le panier frontal. Les gens portent les couleurs bleue et blanche de l’équipe dans la rue.

La base, direz-vous, pour une équipe victorieuse de la Coupe Stanley deux années de suite.

Mais il reste que les Floridiens ne sont pas reconnus pour leur passion inébranlable du sport.

Il fallait voir les partisans du Heat de Miami quitter massivement les gradins en milieu de quatrième quart, jeudi soir, lors de la dégelée subie aux mains des Celtics de Boston en finale de l’Est, pour se le rappeler.

Si on n’a pas eu de difficulté à trouver un endroit où siroter un verre, se sustenter et observer une joute de hockey, ça ne veut pas dire que les établissements qui diffusaient le match du Lightning étaient vides. Les partisans rassemblés étaient attentifs. Sereins, aussi, malgré la marque de 1-1 qui a tenu jusqu’à la fin. Comme habitués de voir leur équipe gagner.

PHOTO REINHOLD MATAY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Ross Colton

Lorsque Ross Colton est venu marquer le but vainqueur à moins de quatre secondes de la fin du match, le bar s’est exclamé de joie. Mais sans plus. Pas de survolte. Pas de déambulations joyeuses de partisans soulagés qui sortent dans les rues.

Peut-être que ce sera différent lorsque le Lightning jouera à domicile, ce samedi soir. Peut-être attendent-ils un troisième défilé de suite avant de s’exciter.

Ou peut-être que le hockey à Tampa n’est qu’une option de divertissement supplémentaire dans un État qui en compte déjà beaucoup.