Le Canadien pourra renouer avec le Centre Bell ce jeudi soir… mais aux yeux de la direction, le compte sera très loin d’être bon.

Publié le 26 janvier
Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

Ainsi, pour respecter les normes établies par la Santé publique, le Canadien pourra jouer devant seulement 500 personnes, à compter du 7 février. La direction du club souhaitait pouvoir vendre 10 000 billets à partir de cette date.

« C’est certain que nous sommes déçus, parce qu’on aurait voulu pouvoir accueillir un plus grand nombre de partisans, a répondu France Margaret Bélanger, présidente, sports et divertissement, du Groupe CH, lors d’une entrevue téléphonique avec La Presse mercredi. Pour nous, ce chiffre de 500 spectateurs est difficile à comprendre. »

Selon la direction du Canadien, il aurait été parfaitement envisageable de pouvoir vendre la moitié des sièges du Centre Bell dans un environnement sûr. À ce sujet, France Margaret Bélanger affirme qu’aucune éclosion de COVID-19 n’a été constatée au Centre Bell alors que l’aréna fonctionnait au maximum de sa capacité au cours de l’automne.

« Nous avons un espace de 2 millions de pieds carrés, il nous serait possible de préparer une configuration avec 10 000 partisans et de le faire de façon sécuritaire, a-t-elle tenu à dire. Nous comprenons parfaitement que la situation est complexe en ce moment. Mais nous avons aussi du mal à comprendre que le Corona, une salle que nous gérons également, peut rouvrir en accueillant 500 spectateurs, alors que sa capacité est de 1000 spectateurs. »

C’est ce qui est dur à suivre. Évidemment qu’on ne s’attendait pas à pouvoir passer de 0 à 21 000 spectateurs d’un seul coup, mais on pensait pouvoir atteindre un plus grand nombre de sièges que seulement 500.

France Margaret Bélanger, présidente, sports et divertissement, du Groupe CH

Dès le 7 février, donc, ce chiffre de 500 spectateurs sera la norme au Centre Bell, du moins pour les semaines suivantes. Le Canadien prévoit permettre aux détenteurs de loges l’accès aux prochains matchs, dès que ce sera permis. Les partisans qui avaient déjà des billets pour ces rencontres auront le choix d’un crédit ou d’un remboursement.

Les restrictions imposées au Canadien sont identiques à celles imposées aux deux clubs de l’Ontario, les Maple Leafs de Toronto et les Sénateurs d’Ottawa, qui doivent eux aussi se contenter de disputer des matchs locaux devant un maximum de 500 personnes.

Par contre, les formations ontariennes devraient pouvoir passer à 50 % de leur capacité à compter du 21 février, et elles devraient pouvoir être en mesure de vendre tous leurs billets à compter du 14 mars.

« Bon espoir… »

Le Canadien, qui ne recevra aucune forme de compensation financière de la part de la LNH par rapport à ces mesures, espère que le gouvernement du Québec lui permettra d’imiter ses rivaux ontariens en autorisant une augmentation du nombre de billets vendus au cours du prochain mois.

Rappelons que le Canadien a rajouté à son calendrier local sept matchs reportés, qui seront tous repris entre le 8 et le 23 février.

« Notre compréhension, c’est que ces mesures pourraient être allégées lorsque la situation le permettra, a ajouté France Margaret Bélanger. Nous avons bon espoir de revenir à quelque chose de plus normal au cours des prochaines semaines. »