(Boston) Tuukka Rask a signé un contrat d’un million de dollars au prorata pour le reste de la saison avec les Bruins de Boston, faisant revenir dans le giron de l’équipe le gardien comptant le plus grand nombre de victoires dans l’histoire de l’organisation.

Mis à jour le 11 janvier
Jimmy Golen Associated Press

Le vétéran gardien de 34 ans était un joueur autonome qui est demeuré sans contrat pendant qu’il se remettait d’une opération du labrum d’une hanche, effectuée pendant l’entre-saison. Il touchera un salaire de 545 000 $ d’ici la fin de la saison.

À la fin de la dernière campagne, Rask avait déclaré qu’il ne voulait jouer pour aucune autre équipe que Boston.

« C’est notre domicile », avait-il mentionné. « À ce stade de ma vie et de ma carrière, je ne vois aucune raison pour aller ailleurs, surtout dans mon état de santé actuel et face à une période de guérison de cinq ou six mois. J’espère que je pourrai bien guérir et que nous pourrons discuter de contrats lorsque le moment sera venu. »

Rask n’a participé qu’à 24 parties la saison dernière, alors que l’équipe a décidé de gérer sa charge de travail pendant qu’il combattait des blessures à la hanche et au dos.

Après une élimination en deuxième ronde contre les Islanders de New York, Rask a annoncé qu’il avait besoin d’être opéré à une hanche.

Rask a commencé à patiner avec les Bruins cet hiver et a signé un contrat d’essai professionnel la semaine dernière avec Providence, le club-école des Bruins dans la Ligue américaine. Toutefois, deux parties que Providence devait jouer la semaine dernière ont été repoussées à cause des protocoles COVID-19. Sa prochaine rencontre doit avoir lieu vendredi.

De leur côté, les Bruins doivent affronter le Canadien mercredi soir à Boston et les Flyers de Philadelphie, jeudi.

« Je me sens bien », a affirmé Rask la semaine dernière, lors d’une visioconférence avec les médias.

« Le plus gros problème pour moi, c’était le blocage de l’articulation et la douleur que ça créait. Tout ça a disparu. […] Je n’ai pas à craindre qu’elle bloque à nouveau et que la douleur revienne. Alors je me sens bien », a précisé le gardien originaire de Savonlinna, en Finlande.

Rask dit n’avoir jamais songé à prendre sa retraite pendant l’entre-saison. L’attrait de lutter une fois de plus pour la coupe Stanley et mettre fin à sa carrière auprès des vedettes Patrice Bergeron et Brad Marchand ont joué dans sa décision de tenter un retour.

« Je voulais seulement revenir et peut-être me rendre utile et essayer de compléter mon parcours avec des joueurs avec qui j’ai joué pendant toute ma carrière. »

Vainqueur du trophée Vézina en 2014 et finaliste en 2020, Rask a aidé les Bruins à se rendre jusqu’à la finale de la Coupe Stanley en 2013 et de nouveau en 2019.

Il est le meneur dans l’histoire des Bruins avec 306 victoires (57 de plus lors des séries éliminatoires), 560 matchs (104 autres dans les séries éliminatoires) et un taux d’efficacité de ,921.

Globalement, il présente une fiche de 306-163-66, avec une moyenne de buts alloués de 2,27 et un 52 blanchissages.

La saison dernière, il a affiché un dossier de 15-5-2 avec trois blanchissages, une moyenne de 2,28 et un taux d’efficacité de ,913.

Avec Kyle Hightower et Stephen Whyno, Associated Press