Maintenant que les joueurs de la Ligue nationale ont renoncé à participer aux Jeux olympiques de Pékin, la porte s’ouvre pour des joueurs canadiens éparpillés un peu partout.

Publié le 22 déc. 2021
Guillaume Lefrançois
Guillaume Lefrançois La Presse

Ça commence par Claude Julien, qui sera donc derrière le banc de l’équipe canadienne, puisque Jon Cooper sera lui aussi retenu dans la LNH, à Tampa Bay.

Julien a dirigé la formation canadienne à la Coupe Channel One, la semaine dernière, et devait en faire de même à la Coupe Spengler (le Canada s’est retiré de ce tournoi). Ces deux tournois servaient de rodage en cas d’absence des joueurs de la LNH à Pékin.

Consultez la formation canadienne de la Coupe Channel One

La grande majorité des joueurs qui composaient l’équipe canadienne évoluent dans différentes ligues européennes. Comme ces circuits interrompent leurs activités pendant les Jeux, il va de soi que les joueurs qui y font carrière peuvent participer au tournoi olympique.

Les partisans du Canadien reconnaîtront les noms de Morgan Ellis et de Daniel Audette, deux anciens choix au repêchage de l’organisation. L’attaquant Jordan Weal, qui a disputé 65 matchs à Montréal en 2019 et 2020, faisait aussi partie de la formation canadienne la semaine dernière. Les mauvaises langues diront que Julien pourra donc compter sur son homme de confiance en avantage numérique, mais nous n’irons pas là.

Une chance pour Gélinas ?

Il y aura aussi un nom intéressant à surveiller : Éric Gélinas.

C’est passé inaperçu, mais le Québécois est retourné jouer avec le Rögle BK, club de première division suédoise (SHL) dans la ville d’Ängelholm. Gélinas s’était entendu avec les Hurricanes de la Caroline l’été dernier, mais après neuf matchs au sein du club-école et des responsabilités qui allaient en diminuant pour le grand défenseur, il a été convenu de le laisser retourner en Suède. Gélinas avait joué les deux dernières saisons avec le Rögle BK.

L’ancien du Rocket de Laval ne s’en cache pas : il souhaiterait participer aux Jeux de Pékin.

« Je sais bien que si les joueurs de la Ligue nationale allaient à Pékin, je ne serais même pas près d’avoir une chance d’y aller, reconnaît-il humblement, au bout du fil. Mais dans la situation actuelle, j’aimerais représenter le Canada et avoir la chance de participer aux Jeux olympiques. »

Lors de son retour en Suède, Gélinas a fait part de son intérêt pour la Coupe Channel One et la Coupe Spengler. Il était toutefois trop tard pour le premier tournoi, tandis que pour le deuxième, il aurait manqué trop de matchs de la saison du Rögle BK.

Toutefois, Gélinas a demandé à ses agents d’informer Hockey Canada de son intérêt pour le tournoi olympique. « Nous sommes en contact avec eux », a confirmé Claude Lemieux, un des agents de Gélinas, par texto à La Presse.

Le précédent de 2018

En 2018, les joueurs de la LNH avaient également raté les JO, pour des raisons bien différentes, évidemment.

La formation canadienne était alors composée de 22 joueurs de ligues européennes, soit : 11 joueurs de la KHL, 6 joueurs de la NLA (Suisse), 4 joueurs de la SHL (Suède), un joueur de la DEL (Allemagne). À ce nombre s’ajoutaient trois patineurs de la Ligue américaine.

Il semble que Hockey Canada ait l’intention de piger dans le même bassin, cette fois encore.

Il sera intéressant de voir si le Canada invitera Owen Power, le tout premier choix au dernier repêchage de la LNH. Le défenseur format géant de 19 ans joue à l’Université du Michigan, cette saison, où il occupe un rôle crucial : avec 23 points en 18 matchs, il vient au 1er rang de son équipe !

En 2018, dans une situation similaire, le défenseur Cale Makar avait refusé l’invitation de Hockey Canada.

Parlant de NCAA, la formation américaine de 2018, elle, comptait sur quatre joueurs des rangs universitaires : Ryan Donato, Jordan Greenway, Troy Terry et Will Borgen. Le plus jeune du groupe était Terry, à 20 ans et 5 mois. Les trois autres avaient 21 ans ou plus.

On devrait savoir rapidement si le nom de Jordan Harris circule. Le défenseur, espoir du Canadien, a 21 ans et dispute actuellement sa quatrième saison à l’Université Northeastern.

Sur Twitter, USA Hockey a indiqué que sa formation serait dévoilée « à la mi-janvier ».

Reste aussi à voir si tous ces scénarios sont élaborés en vain. Si l’explosion du nombre de cas se poursuit en Amérique du Nord et en Europe, la question d’un report d’un an des Jeux pourrait faire se poser. L’agent de joueurs Allan Walsh l’a d’ailleurs évoqué sur Twitter, mercredi, rappelant qu’un précédent avait été établi pour les derniers Jeux d’été.