(Vancouver) Le propriétaire des Canucks de Vancouver, Francesco Aquilini, a dit qu’il a peut-être été « trop patient » en attendant que son équipe redresse sa saison.

Publié le 6 déc. 2021
Gemma Karstens-Smith La Presse Canadienne

Sa patience est arrivée à sa fin, dimanche, alors que l’équipe a congédié le directeur général Jim Benning, le directeur général adjoint Jim Weisbrod, l’entraîneur-chef Travis Green et l’entraîneur adjoint Nolan Baumgartner.

« Ce sont des décisions difficiles. De congédier tout le monde en même temps, c’est une chose difficile à faire et peut-être que j’ai été un peu trop patient, a déclaré Aquilini aux journalistes, lundi. J’espère que la saison se redresse. Nous perdions ces matchs par un but et j’ai peut-être été trop optimiste. »

Ces changements font suite à un misérable début de saison pour les Canucks, derniers dans la section Pacifique avec un dossier de 8-15-2.

Stan Smyl, un ancien ailier droit des Canucks qui a été promu de conseiller senior à directeur général par intérim, a affirmé que ces mouvements avaient lancé un bon message dans le vestiaire et que quelque chose devait se produire.

« Les choses ne fonctionnaient pas. Était-ce une décision du directeur général ? Était-ce une décision de l’entraîneur-chef ? Nous n’avions pas toutes les réponses et les joueurs cherchaient des réponses. Quand tu arrives à ce stade, tu commences à pointer du doigt, a-t-il indiqué. Notre performance cette saison n’était pas assez bonne. Nous avons quelques bons jeunes joueurs et un bon noyau sur lequel bâtir, mais nous devons être meilleurs. »

La recherche d’une nouvelle direction sur le plan des opérations hockey est en cours, selon Aquilini, et « tout est à considérer », dont l’embauche potentielle d’un directeur général et d’un président.

Pour le moment, il souhaite voir son équipe revenir dans la colonne des victoires.

« Je sais que nos partisans et les médias sont frustrés et mécontents, mais je vous assure qu’il n’y a personne de plus frustré et mécontent que moi, a insisté Aquilini. Je suis également déçu et surpris. Pendant la saison morte, nous croyions que nous avions une bien meilleure équipe que ce que nous avons vu. »

Les Canucks ont remplacé Green par Bruce Boudreau, faisant signer un contrat au vétéran entraîneur-chef jusqu’à la fin de la saison 2022-23.

Au fil des ans, Boudreau a été entraîneur-chef avec les Capitals de Washington, les Ducks d’Anaheim et le Wild du Minnesota. En 2008, il a reçu le trophée Jack-Adams, remis à l’entraîneur par excellence dans la LNH après qu’il eut aidé à relever les Capitals.

Aquilini a expliqué que Smyl avait suggéré Boudreau comme remplaçant et qu’après quelques discussions, le propriétaire a fait une offre à l’entraîneur de 66 ans.

« Bruce est un vétéran entraîneur. Il est expérimenté et sa fiche parle d’elle-même. Il a eu beaucoup de succès dans ces situations et nous avions le sentiment que le temps était bon, a exprimé Aquilini. Je pense que nous voulons redevenir une équipe compétitive. C’est ce que j’espère. »

Congédié par le Wild en février 2020, Boudreau a dit qu’il avait hâte de revenir derrière un banc de la LNH.

« Lorsque j’ai été approché par les Canucks, je me suis dit que c’était parfait, a-t-il soutenu. J’ai toujours voulu diriger une équipe au Canada alors c’était une belle opportunité et j’ai sauté à pieds joints. »

Boudreau veut que les Canucks deviennent une équipe offensive et agressive, mais qui est également responsable dans sa zone.

Les joueurs des Canucks se sont entraînés avec Boudreau pour la première fois lundi et Bo Horvat reconnaît que l’équipe a besoin d’une étincelle.

« Ce n’est jamais facile de voir partir des gens comme ça, a admis Horvat, le capitaine de Canucks, après la séance d’entraînement matinal. Notre équipe avait besoin d’une étincelle. Ça nous donne une nouvelle énergie. Mais en même temps, nous devons maintenant nous présenter et le prouver. »

La formation de la Colombie-Britannique vient au dernier rang dans la LNH au chapitre de l’efficacité en désavantage numérique (64,6 %), et l’avantage numérique présente un taux de réussite de 17,4 %.

Selon Horvat, Boudreau apporte « beaucoup d’énergie positive » et de nouvelles idées. L’équipe tentera d’apporter des changements dès lundi soir alors qu’elle accueillera les Kings de Los Angeles.

Une voix différente peut toujours aider, a souligné l’ailier gauche Tanner Pearson.

« Souhaitons qu’avec l’arrivée (de Boudreau) ici, nous pourrons prendre une grande respiration, et peut-être repartir de zéro et ne pas nous inquiéter des 25 derniers matchs », a observé Pearson.

« Oui, nous sommes dans une situation un peu difficile, mais nous pouvons nous en sortir en étant positifs. »