(Québec) Le comité de développement du hockey du gouvernement Legault recrute finalement l’ex-hockeyeur innu Francis Verreault-Paul à titre de consultant pour l’aiguiller sur les enjeux des Premières Nations. L’absence de représentants autochtones sur ce nouveau comité avait été fortement critiquée par les chefs innus, vendredi dernier.

Fanny Lévesque
Fanny Lévesque La Presse

L’Innu de Mashteuiatsh, réputé comme modèle pour la jeunesse autochtone, devient donc un consultant pour le comité de développement du hockey. Son arrivée n’est pas étrangère aux démarches menées par le président du comité, l’ex-gardien de but de la Ligue nationale de hockey Marc Denis, qui avait assuré la semaine dernière vouloir faire une place aux Premières Nations.

Francis Verreault-Paul, qui a été capitaine des Saguenéens de Chicoutimi, n’intègre pas le comité à titre de membre, mais comme personne-ressource pour accompagner les membres du groupe dans leurs travaux, a confirmé une source près du comité. M. Verreault-Paul est actuellement chef des relations avec les Premières Nations au Centre Nikanite de l’Université du Québec à Chicoutimi.

L’absence de représentants des Premières Nations sur le comité du gouvernement Legault n’était pas passée inaperçue la semaine dernière. Le chef innu Mike McKenzie avait notamment interpellé le premier ministre sur Twitter. L’ensemble des chefs de la Nation innue l’avait aussi appuyé. « Il y a des experts autochtones qui ont joué dans la [Ligue de hockey junior du Québec] et la [Ligue nationale de hockey] et vous savez qu’il y a eu du racisme au hockey dans les arénas au Québec », avait écrit le chef McKenzie.

L’ex-hockeyeur Joé Juneau, reconnu pour avoir créé un programme de hockey pour les enfants du Nunavik, y était aussi allé d’une critique sévère à l’endroit du gouvernement Legault. « Pour moi, c’est tout simplement un manque de respect énorme encore une fois et [la preuve] qu’il y a un racisme systémique. Il n’y a pas d’autres explications, c’est aussi simple que ça », avait-il souligné en entrevue.

Interpellé sur cette absence, François Legault avait affirmé que le comité consulterait les Premières Nations dans le cadre de ses travaux. Un engagement repris par Marc Denis.

Le comité sera composé de 14 Québécois ayant fait carrière dans le hockey, mais aucun représentant des communautés autochtones n’est présent.