Regard sur le prochain adversaire du Canadien

Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

1. Ovechkin ne veut pas ralentir

Il y a des choses qu’on ne verra sans doute plus dans une vie, comme la fin des cônes orange à Montréal ou encore Morrissey devant une pièce de viande au Joe Beef. À cette liste, il faut probablement ajouter le record de buts en carrière dans la LNH, détenu par Wayne Gretzky. Une prestigieuse marque qui ne sera sans doute jamais battue… ou pas ? Ne regardez pas trop vite, mais Alexander Ovechkin en est maintenant à 745 buts au total, soit 149 de moins que les 894 buts en carrière de Gretzky. À 36 ans, l’attaquant vedette des Capitals ne ralentit pas – il a déjà 15 buts en 19 matchs cette saison –, et à ce rythme, il aura besoin de 168 autres matchs pour battre l’imbattable marque du 99. En d’autres mots, et s’il reste en santé, Ovechkin pourrait arriver au chiffre magique de 894 lors de la saison 2024-2025. Le pire, c’est qu’il a déjà été ralenti par quelques évènements imprévus, dont deux lock-out et une pandémie. Reste à voir maintenant si le Canadien pourra le ralentir…

2. Sprong tente de se relancer

Parfois, il arrive que des espoirs de premier plan soient repêchés plus tardivement que prévu, pour une foule de raisons, et ce fut sans doute le cas de Daniel Sprong. Peut-être parce qu’il est originaire des Pays-Bas, pas une grosse nation de hockey, ce jeune homme talentueux avait dû attendre au deuxième tour du repêchage de 2015 avant d’être choisi par les Penguins de Pittsburgh. Mais ça n’a pas marché à Pittsburgh, ça n’a pas marché à Anaheim, et depuis la saison dernière, l’attaquant de 24 ans tente de se relancer chez les Capitals. Après une production respectable de 13 buts en 42 matchs en 2020-2021, Sprong a réussi 3 buts en 18 matchs depuis le début de la présente saison. Est-ce que ce rythme sera suffisant pour rester ici ? Rappelons que le contrat de Sprong se termine cette saison et qu’il pourrait ensuite devenir joueur autonome avec compensation.

3. Vanecek et la patience

PHOTO FRANK FRANKLIN II, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Vitek Vanecek

Les Capitals ont utilisé trois gardiens cette saison, incluant un certain Zachary Fucale, mais celui qui a joué le plus souvent se nomme Vitek Vanecek, un type au parcours intéressant. Il a été repêché par les Capitals en 2014. Ensuite, il s’est promené : en ligue tchèque, dans l’ECHL, à Hershey dans la Ligue américaine, encore dans l’ECHL, encore à Hershey. Après six saisons comme ça, il a enfin eu sa chance avec les Capitals la saison dernière… pour ensuite être choisi par le Kraken au repêchage d’expansion ! Mais le club de Seattle l’a rapidement échangé aux Capitals sept jours plus tard, et aujourd’hui, à 25 ans, Vanecek est de retour chez les Caps. Autre preuve que très souvent, devant le filet, la patience est de mise.

4. Tom Wilson est toujours là

Y a-t-il un joueur plus détesté dans la LNH que Tom Wilson ? Sans doute pas. Cet artisan du coup douteux continue de jouer malgré tout, et le pire, c’est que quand ça lui tente, Wilson demeure un bon joueur de hockey. Ainsi, c’est lui qui occupe le troisième rang des meilleurs marqueurs chez les Capitals depuis le début de la saison, avec une récolte de 6 buts et 10 mentions d’aide pour un total de 16 points en 20 matchs. Mais Wilson est aussi le joueur le plus puni de son équipe, à égalité avec Dmitry Orlov. Comme quoi certaines choses ne changent pas.

5. Forts chez eux

Les Capitals jouent bien pas mal partout, mais ils jouent particulièrement bien chez eux, à Washington. Depuis le début de la saison, ils n’ont perdu qu’une seule fois en temps réglementaire devant leurs partisans, une défaite de 2-1 contre les Flyers de Philadelphie le 6 novembre. Ce fut là leur seul faux pas dans leur propre maison, eux dont la fiche à domicile (5-1-3) est la troisième parmi les équipes de l’Association de l’Est. Les Capitals, qui reviennent d’un voyage de quatre matchs dans l’Ouest américain, ont remporté leur dernier match au Capital One Arena par la marque de 6-1 face aux Penguins de Pittsburgh.