(Seattle) La direction du club avait évoqué cette possibilité, mais jamais aussi clairement. Selon Jonathan Drouin, Shea Weber a, pour de bon, mis une croix sur sa carrière de hockeyeur.

Simon-Olivier Lorange
Simon-Olivier Lorange La Presse

Le capitaine du Canadien a rejoint ses coéquipiers à Seattle, lundi, et est notamment allé assister au match de football des Seahawks en soirée. Et il a encore passé du temps avec eux à l’aréna, mardi.

Souffrant de plusieurs blessures, Weber ne jouera pas cette saison, a déjà confirmé l’équipe. Mais aucune annonce formelle n’avait encore été faite sur son avenir.

En point de presse, mardi, Jonathan Drouin a donc causé la surprise lorsqu’il a affirmé, candidement, que le défenseur était « passé à autre chose dans sa vie ».

Weber ne l’a pas exprimé dans ces mots exacts, selon lui. Or, « c’est la réalité », a insisté l’attaquant québécois.

« Il est dans le scouting [recrutement] avec Marc [Bergevin, DG du club]. Il fait autre chose. Il a pris sa retraite, dans le fond. Tout le monde le sait maintenant, il ne reviendra pas pour nous. Le hockey, c’est fini. »

Sans surprise, l’organisation n’a pas corroboré la déclaration de Drouin. Weber n’a pas rempli ses papiers officialisant sa retraite et, jusqu’à nouvel ordre, il est sur la liste des blessés à long terme du club.

La raison est bien simple, et elle est d’ordre administratif. Avec encore cinq années à écouler au contrat qui lui rapporte en moyenne 7,857 millions par saison, les conséquences d’une retraite anticipée seraient énormes.

Si Weber accrochait ses patins, le Canadien devrait éponger une pénalité salariale de quelques centaines de milliers de dollars. Par contre, les Predators de Nashville, l’équipe qui lui a consenti son contrat pharaonique en 2012, vivraient un véritable cauchemar.

Ils devraient étaler dans le temps une pénalité de plus de 24 millions de dollars afin de compenser l’avantage dont ils ont bénéficié pendant les premières années de l’entente, alors que le salaire réel de Weber était bien supérieur à son poids sur la masse salariale du club.

Nick Suzuki, qui s’est amené au podium immédiatement après Drouin, a offert une interprétation moins tranchée de l’avenir de Weber. Et l’entraîneur-chef Dominique Ducharme a rappelé que le défenseur était « toujours le capitaine » de son équipe.

Au cours de l’été dernier, Marc Bergevin avait indiqué que Weber composait avec « beaucoup de douleur », notamment au genou, au pouce et au pied. Depuis 2017, il a été opéré à un pied et à un genou, en plus de subir une blessure à une cheville. Une fracture au pouce lui a par ailleurs fait rater les derniers matchs de la saison 2020-2021. Il a toutefois participé aux 22 matchs de son club en séries éliminatoires, jouant en moyenne plus de 25 minutes par rencontre.

Affecter un joueur blessé à d’autres tâches au sein de l’organisation n’est pas inédit. Le défenseur Chris Pronger, par exemple, a disputé son dernier match avec les Flyers de Philadelphie en novembre 2012. Or, son contrat était alors valide jusqu’en 2017. Il s’est donc joint au personnel de recrutement des Flyers, qui ont toutefois refilé son contrat aux Coyotes de l’Arizona en 2015. La même année, il a commencé à travailler au sein du comité de discipline de la LNH et a finalement annoncé sa retraite comme joueur deux ans plus tard.

Evans blessé

Les joueurs du Tricolore se sont entraînés à Seattle à quelques heures du tout premier affrontement contre le Kraken, qui est récemment devenu la 32e équipe de la LNH.

Le joueur de centre Jake Evans n’a pas pris part à la séance de patinage, lui qui souffre d’une blessure dont la nature n’a pas été divulguée. Ducharme a mentionné que cette blessure avait incommodé le numéro 71 il y a quelques jours, mais qu’il avait néanmoins pu disputer les deux derniers matchs de son équipe, jeudi et samedi derniers.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Jake Evans

Cédric Paquette prendra sa place sur le quatrième trio avec Artturi Lehkonen et Joel Armia. Il s’agit de la seule modification à la formation du Tricolore.

Du côté du Kraken, l’entraîneur-chef Dave Hakstol a dit qu’il apporterait quelques « ajustements » à sa formation, mais n’a fourni aucune précision à ce sujet.

Chacune des deux équipes tentera de signer une deuxième victoire cette saison. La rencontre s’amorcera à 22 h, heure du Québec.