(Brossard) Naguère, l’entraîneur Bill Parcells, un grand du football américain, avait l’habitude de dire que l’on pouvait connaître la véritable valeur d’une équipe en regardant sa fiche.

Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

L’adage en question (« you are what your record says you are ») est depuis passé dans les classiques du football américain, et en ce début de saison chaotique au Centre Bell, on peut se demander si ça ne s’applique pas aussi au hockey, plus précisément à une certaine équipe montréalaise.

À moins d’avoir passé les derniers jours dans un véhicule spatial de Jeff Bezos, vous savez sans doute que le Canadien n’a pas gagné une seule fois depuis le début de la saison, et que la fiche du club, 0-5, est la pire depuis une autre saison désastreuse, celle de 1995-1996 et des coups de balai et de la transaction qui a mal tourné.

Mais Dominique Ducharme préfère voir le verre à moitié plein.

« On est meilleurs que 0-5, a-t-il commencé par dire vendredi au centre d’entraînement de Brossard. Ça, c’est certain. Il y a eu deux matchs où on méritait zéro point, et lors des trois autres, on s’est donné des chances. Mais il faut amener notre jeu à un calibre plus élevé. À la fin de la saison, on va finir où on mérite de finir au classement. »

Pour expliquer son optimisme débordant, l’entraîneur-chef du CH se tourne vers la saison dernière, qui s’est conclue avec le printemps magique que l’on sait. Peut-être que les raisons de cet optimisme se retrouvent dans les détails ; en 2020-2021, le Canadien a aussi connu des séries de cinq défaites, à deux reprises en plus.

Bien sûr, les paramètres n’étaient pas les mêmes – la saison dernière, le Canadien n’a affronté que les autres clubs canadiens, on le rappelle –, mais Ducharme voit en ce passé récent une bonne raison de s’accrocher aux cordes de l’espoir.

« L’an passé, on a fait des choses que personne ne nous croyait capables de faire, a-t-il ajouté. Mais on pense au prochain match, samedi, et c’est tout. C’est sûr qu’on aimerait mieux avoir une fiche de 5-0 et non une fiche de 0-5, mais c’est avant tout de savoir où on va se placer au classement à la fin de la saison. Je ne le sais pas encore, et on va finir où on va mériter de finir.

« C’est un défi pour nous présentement, et il faut voir comment on va répondre à ce défi. Jusqu’ici, on est encore en train de trouver nos repères, mais je vois des signes qui permettent de croire que ça va aller mieux. N’importe qui peut choisir de nous enterrer en ce moment, mais nous, on s’en balance… On va s’occuper de ce qu’on a à faire ; il y a du monde qui nous tenait pour morts assez rapidement la saison passée et on a ressuscité… »

N’empêche que ça va prendre des résultats dans l’immédiat, et peut-être encore quelques miracles à la manière de l’an dernier. En attendant, le Canadien se prépare à accueillir les Red Wings de Detroit, qui vont débarquer au Centre Bell ce samedi soir.

Ensuite, le Canadien va amorcer un long voyage de quatre matchs sur la route, principalement en Californie.

Alors ça va prendre un peu de tout : des miracles, des buts (surtout ça, oui) et des victoires, un de ces jours. Il va falloir aussi que les joueurs de cette équipe ne se laissent pas abattre, et c’est ce que le gardien Jake Allen tente de ne pas oublier.

« Il faut se faire confiance, a-t-il résumé. Nous nous sommes rendus en finale de la Coupe Stanley la saison dernière, avec 90 % des gars qui sont encore dans ce vestiaire. Il nous faut retourner à notre style de jeu. C’est ce qui va nous ramener sur la bonne voie. »

Sami Niku dans la formation ?

Dominique Ducharme n’a pas voulu confirmer s’il allait apporter des changements à sa formation en vue du match de ce samedi soir au Centre Bell contre les Red Wings de Detroit, mais il pourrait y avoir un nouveau visage : celui de Sami Niku. Ce défenseur de 25 ans, embauché en septembre et victime d’une commotion cérébrale lors du camp, a été beaucoup vu à l’entraînement de vendredi, et il a même patiné lors des exercices en avantage numérique. « Je n’ai pas joué beaucoup récemment et je devrai m’ajuster à la vitesse du jeu, a-t-il expliqué. Je vais commencer en essayant de me concentrer sur les jeux simples. J’ai confiance en ce que je peux faire. » L’arrivée de Niku dans la formation signifierait probablement que Chris Wideman serait laissé de côté.