(Ottawa) Certaines recrues du Canadien de Montréal ont disputé leur premier match dans les rangs professionnels samedi, et d’autres carrément leur premier match en plus d’un an à cause de la pandémie de coronavirus. Il fallait donc s’attendre à un peu de « rouille », selon l’entraîneur-chef Jean-François Houle.

Simon-Olivier Lorange
Simon-Olivier Lorange La Presse

Une victoire arrachée

Dans le premier volet d’une série aller-retour, les recrues des Sénateurs d’Ottawa ont eu le dessus sur celles du Canadien par la marque de 4-3. Les deux équipes se sont échangé des buts au cours des deux premiers engagements, qui se sont soldés par une égalité de 2-2. Jan Mysak a donné l’avance au CH avec huit minutes à jouer en troisième période, mais les locaux ont répondu avec deux buts rapides. Le défenseur Maxence Guénette a d’abord créé l’égalité, puis l’attaquant Cole Reinhardt a inscrit le but gagnant une vingtaine de secondes plus tard. Souvent laissé à lui-même devant des tirs à courte distance, le gardien Joe Vrbetic a fait bonne figure dans la défaite. Les défenseurs William Trudeau, après avoir contourné le filet de belle manière, et Mattias Norlinder, à la suite d’une interception, ont marqué les autres buts du Canadien. « On a été un peu brouillons, a constaté Jean-François Houle, entraîneur du Rocket de Laval. On aimerait faire circuler la rondelle plus rapidement, et notre couverture de zone pourrait être meilleure. Mais j’ai aimé notre échec avant. »

Un bel honneur pour Harvey-Pinard

Même si le match était sans enjeu, les deux équipes avaient désigné des capitaines et des adjoints, samedi. Chez le Canadien, c’est Rafaël Harvey-Pinard qui s’est vu remettre le « C », alors que les défenseurs Kaiden Guhle et Gianni Fairbrother portaient chacun un « A ». Jean-François Houle a dit qu’il avait été « facile » de choisir le Québécois comme capitaine du jour, étant donnée son expérience dans la Ligue américaine. « C’est un gars que les autres prennent en exemple », a-t-il souligné. À 19 ans, Guhle est l’un des plus jeunes du groupe, mais « les autres le regardent aller », a dit Houle. « Il parle dans la chambre, il a du leadership en lui. » L’entraîneur a fait le même compliment à Fairbrother, membre du Rocket la saison dernière.

Simoneau mis à contribution

L’utilisation des joueurs dans ces matchs entre recrues donne une bonne idée de leur place dans la hiérarchie de la relève d’une équipe. À ce compte, Xavier Simoneau a des raisons d’être optimiste. Le petit attaquant des Islanders de Charlottetown, dans la LHJMQ, a amorcé la rencontre à la gauche de Cam Hillis, l’un des joueurs les plus expérimentés du groupe, et il a été mis à contribution dans des situations clés, notamment en avantage numérique et en toute fin de match, lorsque le Canadien avait retiré son gardien et tentait de créer l’égalité. « Même si Simoneau a raté plusieurs chances, il a été bien placé dans l’enclave pendant tout le match », s’est réjoui Houle, confirmant par ailleurs que son choix de joueurs en fin de rencontre était allé au mérite.

Norlinder : des hauts et des bas

Mattias Norlinder peut maintenant rayer sur sa liste le défi de disputer un premier match professionnel sur une patinoire nord-américaine. Dès les premières minutes de la rencontre, le Suédois de 21 ans a réussi des passes nettes et précises, rappelant que le Canadien l’avait repêché pour ses qualités offensives. Le but qu’il a marqué d’un tir précis du côté du bouclier du gardien Mads Søgaard en deuxième période l’a confirmé. Toutefois, la rondelle (bondissante, il est vrai) qui lui a échappé en avantage numérique, aussi au deuxième vingt, a mené à un but des Sénateurs. Un rappel concret que son jeu défensif mérite encore de l’amour de sa part – la punition inutile pour obstruction dont il a écopé a laissé la même impression. Conscient de ses erreurs, Norlinder, philosophe, a souligné qu’il travaillait fort « depuis 21 ans pour [se] rendre là », et que « c’était une longue aventure » qui trouvait un début d’aboutissement. Jean-François Houle, lui, a parlé d’un « joueur très intelligent », qui peut par contre « être plus agressif en zone défensive avec son bâton ». « On va continuer de travailler avec lui », a-t-il conclu.