Le 1er juillet 2019, Marc Bergevin déposait une offre hostile de cinq ans et 42,25 millions à l’attaquant des Hurricanes de la Caroline Sebastian Aho, ce qui avait eu l’effet d’une bombe à travers la planète hockey. Force est de constater que le directeur général des Canes Don Waddell a préparé sa vengeance pendant deux ans. Il a fait le même coup à son homologue, samedi, en déposant une telle offre à Jesperi Kotkaniemi.

Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Les Hurricanes ont annoncé qu’ils avaient déposé une offre d’un an et d’une valeur annuelle de 6,1 millions au joueur de centre, qui est joueur autonome avec compensation depuis la fin de la dernière saison.

Pour qu’une telle offre soit rendue publique, le joueur concerné doit l’accepter. C’est donc dire que le Finlandais de 21 ans a signé ledit contrat.

« Il veut venir en Caroline, a indiqué Don Waddell par voie de communiqué. Il voit le noyau que l’on a construit et il veut en faire partie. Nous sommes fiers, mais il y a encore une période d’attente. Quand on fait une offre comme ça, c’est que nous avons vu une position vulnérable. Avec la compensation et le noyau que nous avons, nous avons réalisé que c’était notre meilleure chance d’avoir ce joueur. »

Des propos somme toute identiques à ceux de Bergevin il y a deux ans.

Tout indique que cette offre est une douce vengeance, entre autres parce qu’un boni à la signature de 20 $ est prévu au contrat. Oui, vous avez bien lu. Aho porte le numéro 20 chez les Hurricanes…

Ceux-ci se sont d’ailleurs amusés à publier toutes sortes de messages sur leurs réseaux sociaux dans les minutes qui ont suivi l’annonce. Ils ont d’abord publié la nouvelle en français sur Twitter, ce qui est plutôt rare pour une équipe américaine. Et il s’avère que le tweet en question est un copié-collé de celui publié par le Canadien il y a deux ans. Seuls le nom du joueur et le montant du contrat ont été modifiés.

La formation de la Caroline a ensuite publié une photo d’une carte du jeu de société Uno, celle de type inversion. Puis elle a partagé une capture d’écran du bonus à la signature de 20 $ accompagné de la phrase : « Les gens n’oublient pas. »

Le Canadien a sept jours pour égaler cette offre. S’il décide de ne pas y répondre, il recevra des choix de 1er et de 3tour en contrepartie. S’il décide d’y répondre, le CH se retrouvera environ deux millions de dollars au-dessus de la masse salariale, même en tenant compte des exemptions pour les blessés à long terme.

Un pensez-y-bien

C’est donc un pensez-y-bien pour Marc Bergevin. D’un côté, la ligne de centre du Canadien est déjà fragile. Avec le départ de Phillip Danault vers Los Angeles, Kotkaniemi est appelé à jouer un grand rôle la saison prochaine au centre du deuxième trio.

Nick Suzuki piloterait le premier trio et Jake Evans, le troisième. Lors du tournoi de golf au profit de sa fondation, l’entraîneur-chef Dominique Ducharme avait évoqué la possibilité d’utiliser les nouveaux venus Cédric Paquette et Mathieu Perreault au poste de quatrième centre. Le départ de Kotkaniemi laisserait un autre trou béant dans l’alignement montréalais.

Troisième choix au total au repêchage de 2018, Kotkaniemi possède un fort potentiel offensif et un puissant tir des poignets. De toute évidence, le CH fonde en lui de grands espoirs.

D’un autre côté, ledit potentiel offensif du jeune homme ne s’est pas encore tout à fait manifesté. Il a inscrit 5 buts et 15 passes, soit 20 points, en 56 matchs la saison dernière, sa troisième saison complète dans la Ligue nationale.

Il a cependant connu un bon parcours éliminatoire, inscrivant 5 buts et 3 passes en 19 rencontres, même s’il a été laissé de côté à quelques reprises.

Précisons que si Bergevin décidait d’égaler l’offre des Hurricanes, Kotkaniemi deviendrait l’attaquant le mieux payé de l’équipe après Brendan Gallagher, à 6,5 millions, ce qui pourrait en faire sourciller quelques-uns.

D’un autre côté, en décidant de laisser aller son numéro 15, le CH se retrouverait avec deux choix de première ronde l’année prochaine, ce qui lui permettrait d’animer le spectacle d’un repêchage qui se déroulera à la maison.

Au moment d’écrire ces lignes, le Canadien n’avait pas réagi à l’offre hostile.

Toutefois, une chose est certaine : les Hurricanes ne seront pas applaudis au Centre Bell la saison prochaine.