Avec le départ de Tomas Tatar, meilleur pointeur du Canadien depuis 2018-2019 et deuxième buteur du club dans l’intervalle, le CH se retrouvait avec un trou béant à l’aile gauche. Marc Bergevin semble avoir trouvé son homme en Mike Hoffman. L’attaquant a accepté un contrat de trois ans qui lui rapportera une moyenne de 4,5 millions par saison.

Simon-Olivier Lorange
Simon-Olivier Lorange La Presse

Ce n’est pas la première fois que le Tricolore s’intéresse à Hoffman, 31 ans, qui évoluait pour les Blues de St-Louis en 2021. En concluant une entente avec lui, Bergevin a surtout déniché un spécialiste de l’avantage numérique.

Depuis sa première saison complète dans la LNH, en 2014-2015, cet ancien de la LHJMQ a récolté 136 de ses 389 points, et 66 de ses 186 buts, en attaque à cinq. Il est par ailleurs le sixième buteur du circuit dans ces circonstances au cours des cinq dernières années.

Cela dit, l’étiquette de spécialiste n’est pas fortuite. Car à 5 contre 5, il a été, au cours de la dernière saison, l’un des attaquants les plus faibles chez les Blues de St. Louis en matière de possession de rondelle et de chances de marquer de qualité.

Hoffman, en outre, traîne avec lui la réputation peu enviable d’un joueur difficile, voire controversé.

À Montréal, il joindra une quatrième équipe en cinq saisons, lui qui a disputé 341 matchs avec les Sénateurs d’Ottawa avant d’être échangé aux Panthers de la Floride. Au terme de deux saisons complètes à Sunrise, au cours desquelles il a marqué 36 et 29 buts, respectivement, les Panthers n’ont pas retenu ses services. Il s’est donc joint aux Blues tout juste avant la saison écourtée 2021.

À Ottawa, il était devenu un indésirable après que sa conjointe eut harcelé en ligne la femme du défenseur Erik Karlsson.

À St. Louis, il a inscrit 36 points en 52 matchs, une performance équivalant à 57 points sur un calendrier complet de 82 rencontres.