Le coup de minuit a sonné à Las Vegas, et le carrosse s’est transformé en citrouille.

Guillaume Lefrançois
Guillaume Lefrançois La Presse

Les Golden Knights ont échangé Marc-André Fleury, la toute première vedette de leur histoire, aux Blackhawks de Chicago, mardi, contre un attaquant des ligues mineures.

Or, c’est dans le tumulte que prend fin la relation de quatre ans entre Fleury et les Golden Knights. Le directeur général de l’équipe, Kelly McCrimmon, a en effet dû amorcer son point de presse par une longue déclaration d’ouverture, ce qui est rarement bon signe. Le DG souhaitait ainsi remettre les pendules à l’heure, après que l’agent de Fleury, Allan Walsh, eut écrit sur Twitter que les Golden Knights avaient laissé son client dans le noir au sujet de la transaction.

Les propos de Walsh semblaient valider une information du Athletic, selon laquelle c’est sur Twitter que Fleury aurait eu vent de la transaction.

« Les conversations avec Marc-André ont commencé lors de notre rencontre de fin de saison, le 29 juin, a expliqué McCrimmon. Je lui ai dit que je ne savais pas avec certitude ce qu’on ferait de nos gardiens, mais que je voulais être transparent et respectueux. Je voulais qu’il soit à son aise, je lui ai dit de m’appeler s’il voyait des rumeurs qui l’intriguaient. »

McCrimmon a ajouté avoir « souvent » parlé à Fleury depuis, la dernière fois étant samedi. Il affirme avoir été pris de court en voyant que la nouvelle de la transaction avait coulé sur les réseaux sociaux.

McCrimmon affirme aussi avoir fait part au gardien de l’intérêt des Blackhawks, et c’est là que ça devient intéressant. Walsh a en effet écrit sur Twitter que Fleury « va prendre le temps de parler avec sa famille afin d’évaluer sérieusement son avenir au hockey ». Au moment de publier cet article, Walsh n’avait pas encore répondu au courriel de La Presse demandant des précisions.

« C’est un joueur qui est au sommet de son art, il sera un candidat pour Équipe Canada aux Jeux olympiques, a rappelé McCrimmon. Donc je m’attends à ce qu’il joue la saison prochaine. Mais ce sera à lui de le dire. »

Fleury n’a pas accordé d’entrevues mardi, mais il a émis une déclaration en soirée, remerciant les partisans des Golden Knights et ses coéquipiers pour les quatre dernières années. Il n’a toutefois pas écrit un seul mot sur son avenir.

Les Blackhawks, eux, croient visiblement que Fleury se rapportera dans la Ville des vents. « Marc-André nous améliore devant le filet et en défense, et son impact sur le développement des Blackhawks sera énorme », a déclaré Stan Bowman, le directeur général, dans un communiqué.

La suite des choses sera intéressante. Déjà, sur les réseaux sociaux, certains évoquaient une autre transaction, cette fois aux Penguins de Pittsburgh, comme scénario de sortie de crise…

Lehner ou Fleury ?

Il est plutôt rare de voir le gagnant du trophée Vézina changer d’adresse aussi rapidement. Au fait, Fleury est le premier à le faire depuis Dominik Hasek, en 2001.

Dans le cas présent, les Golden Knights devaient choisir entre Fleury, 36 ans, qui arrive en dernière année de contrat, et Robin Lehner, 30 ans, à qui il reste quatre autres années, à 5 millions de dollars par saison.

« On a gagné le trophée Jennings (moins de buts accordés), Marc-André a gagné le Vézina. On a fini à égalité pour le trophée du Président. On a eu du succès avec ces deux gardiens, a rappelé McCrimmon. Mais pour l’an prochain, ç’aurait été difficile de refaire ça, car les deux sont des gardiens numéro un. Je ne sais pas s’ils auraient voulu refaire ça. Ce n’est rien qu’ils ont dit, c’était basé sur mes propres observations. »

Une fois ce constat fait, il devenait clair que Lehner serait l’heureux élu pour demeurer à Vegas.

« On a eu la chance que Marc-André soit disponible au repêchage d’expansion, a souligné le DG. On savait qu’on aurait un très bon gardien pour commencer. Mais ensuite, on se demandait qui serait notre prochain gardien, et c’est là que Robin cadre très bien. Il lui reste quatre ans de contrat et est au zénith de sa carrière. »

Cela dit, au-delà des chiffres, Fleury avait un lien spécial avec sa ville d’adoption. Au cours des dernières séries, de tous les chandails des Golden Knights que l’on apercevait aux abords du T-Mobile Arena, c’est le numéro 29 qui revenait le plus souvent. Fleury a même eu droit à sa statue en blocs Lego ! À la fin de l’échauffement d’avant-match, le Sorelois était le dernier joueur à quitter la patinoire et il lançait une rondelle à un partisan – généralement un enfant – assis dans les premières rangées. Ce rituel avait lieu match après match, sous les applaudissements de la foule.

« Il était le visage de la franchise quand on a commencé. C’était un joueur connecté à nos partisans. Il a eu un impact incroyable sur l’organisation, sur la ville, a reconnu McCrimmon. Le travail de DG est difficile, mais je prends mes décisions en fonction des intérêts des Golden Knights. »

Les quatre années n’ont toutefois pas été du pur bonheur des deux côtés. Lors des dernières séries éliminatoires, la gaffe de Fleury à la fin du troisième match de la demi-finale, contre le Canadien, a marqué les esprits. Elle a permis au CH de créer l’égalité, avant de l’emporter en prolongation.

Et lors des séries 2020, Allan Walsh avait suscité l’émoi en publiant un montage où on voyait Fleury avec une épée plantée dans le dos, épée sur laquelle apparaissait le nom de l’entraîneur-chef Peter DeBoer. C’était la façon de Walsh de critiquer la décision de reléguer Fleury au rôle de réserviste.

Rien n’est éternel dans le monde du sport. C’était vrai pour Martin Brodeur avec les Devils du New Jersey, Tom Brady avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, et Tito Santana avec Rick Martel ; ce l’est de nouveau ici pour Fleury avec les Golden Knights.

Échangé… pour rien

En retour de Fleury, les Golden Knights obtiennent l’attaquant Mikael Hakkarainen, un joueur de 23 ans des ligues mineures qui n’a aucun point en 14 matchs dans la Ligue américaine, répartis sur deux saisons.

Mais Hakkarainen n’aura pas à déménager. McCrimmon a en effet indiqué que le Finlandais continuerait à jouer pour Rockford, le club-école des Blackhawks. On comprend donc qu’officiellement, Hakkarainen sera « prêté » aux Blackhawks.

« Les équipes ont droit à un nombre maximal de contrats, a rappelé McCrimmon. Ce sera donc notre contrat, mais il va rester dans leur équipe. »

Bref, la transaction a pour but de permettre aux Knights de larguer la dernière année de contrat de Fleury, qui compte pour 7 millions de dollars sous le plafond salarial.