(Kelowna) Le gardien du Canadien Carey Price dit qu’il faut que plus de gens soient au courant de l’histoire des pensionnats autochtones.

La Presse Canadienne

Le Britanno-Colombien a déjà discuté avec sa grand-mère de son vécu en pensionnat, où elle a été confrontée à « des injustices sociales ».

Se confiant à 680 News, le gardien vedette estime que peu de Canadiens savent ce qu’étaient les pensionnats.

Lynda Price, la mère de Carey, est chef de la Première nation Ulkatcho, dans le nord de la Colombie-Britannique. Il dit que partager des histoires sur les expériences vécues dans les pensionnats la rend émotive.

Il ajoute que les pensionnats ont eu un « effet cumulatif » sur des générations d’Autochtones.

Ottawa s’est engagé à soutenir davantage l’identification et l’enquête sur les lieux de sépulture près des anciens pensionnats (après y avoir alloué 27 millions en 2019), à la suite de la découverte de tombes anonymes dans plusieurs provinces.

« Cette partie de notre histoire au Canada n’a pas été très bien couverte », a dit Price, à partir de Kelowna.

« Nous devons faire un meilleur travail à l’avenir pour reconnaître que ça fait partie de notre histoire et que ce n’est tout simplement pas correct. »