Drapeaux, trompettes, crécelle aux couleurs du Tricolore. Les partisans du Canadien étaient prêts, lundi soir, pour le premier match de la finale opposant le Canadien de Montréal au Lightning de Tampa Bay, mais ils souhaitaient que des écrans extérieurs diffusant les matchs soient installés le plus rapidement possible.

Alice Girard-Bossé
Alice Girard-Bossé La Presse

« On est venus le 24 juin et maintenant, on a envie de venir à tous les matchs. On n’a jamais vécu une expérience comme ça », a affirmé Alexis Lefebvre, drapeau du Canadien sur les épaules.

Pour son ami Émile Lapointe, il n’était pas question de manquer un seul instant de cette première finale en 28 ans. « À cause de la pandémie, ça a vraiment été une année plate et ils réussissent à se rendre en finale, un 24 juin en plus. On ne pouvait pas manquer ça », s’est-il exclamé.

  • L'ambiance était à la fête, mais nombreux sont ceux qui espèrent une diffusion publique des matchs.

    PHOTO ALEXIS AUBIN, LA PRESSE

    L'ambiance était à la fête, mais nombreux sont ceux qui espèrent une diffusion publique des matchs.

  • Sur Twitter, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a dit travailler sur des solutions pour permettre aux partisans de voir les matchs en plein air, « tout en respectant les règles de sécurité ». En attendant, ceux-ci se sont rassemblée aux alentours du Centre Bell.

    PHOTO ALEXIS AUBIN, LA PRESSE

    Sur Twitter, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a dit travailler sur des solutions pour permettre aux partisans de voir les matchs en plein air, « tout en respectant les règles de sécurité ». En attendant, ceux-ci se sont rassemblée aux alentours du Centre Bell.

  • D'ailleurs, certains ont trouvé le moyen d'immortaliser le moment.

    PHOTO ALEXIS AUBIN, LA PRESSE

    D'ailleurs, certains ont trouvé le moyen d'immortaliser le moment.

  • Évidemment, les partisans auraient par contre souhaité un autre résultat final.

    PHOTO ALEXIS AUBIN, LA PRESSE

    Évidemment, les partisans auraient par contre souhaité un autre résultat final.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

À leurs côtés, Guillaume Savage se souviendra toujours de la soirée où le Canadien a éliminé les Golden Knights, le jour de la fête nationale. « J’étais dans le Centre Bell. Même si on était seulement 3500, il y avait énormément de tension. Quand ils ont gagné, j’avais l’impression qu’on était 25 000 », s’est-il remémoré.

PHOTO ALEXIS AUBIN, LA PRESSE

De gauche à droite : Guillaume Savage, Amjad Barada, Émile Lapointe et Alexis Lefebvre

Pas de diffusion extérieure

Lors du premier match opposant le Canadien de Montréal au Lightning de Tampa Bay, lundi soir, aucune diffusion organisée en plein air n’a eu lieu.

« S’il y avait des écrans géants dans les parcs, ça disperserait la foule et ça éviterait les regroupements et les dérapages. Ça prend juste 10 personnes sur 20 000 qui décident de faire n’importe quoi », a affirmé Guillaume Savage.

Au lendemain de la qualification du Canadien pour la finale de la Coupe Stanley, le 25 juin, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, avait dit souhaiter pouvoir organiser une diffusion des parties à l’extérieur.

En soirée dimanche, la mairesse avait indiqué sur Twitter travailler sur des solutions pour permettre aux partisans de voir les matchs en plein air, « tout en respectant les règles de sécurité ».

« Nous attendons toujours le feu vert de la Santé publique, car l’engouement de la finale, et d’une première Coupe en 28 ans, provoquerait assurément de grands rassemblements, ce qui n’est toujours pas permis par les autorités, malgré le passage en zone verte », avait-elle écrit.

Depuis les derniers matchs, les partisans se regroupent devant les fenêtres de la brasserie sportive La Cage, malgré la vue limitée sur l’écran géant à l’intérieur.

« Ils auraient vraiment dû mettre un projecteur. Sinon, on essaie de se faufiler et de regarder le match par la fenêtre sur la pointe des pieds », a indiqué Gabriel Jacob, accompagné de son ami Étienne Leduc.

« Quand on vient ici, on ne voit rien, c’est juste pour l’ambiance », a renchéri Magali Brigant, qui s’est installée devant la brasserie avec ses deux enfants et l’amie de sa fille.

PHOTO ALEXIS AUBIN, LA PRESSE

De gauche à droite : Emma Archilla, Rosaly Durocher et Magali Brigant

Vers une diffusion intérieure

La Santé publique a cependant donné son accord à ce que les matchs qui se déroulent en Floride soient diffusés sur écran au Centre Bell. Le respect des règles qui sont actuellement en vigueur en zone verte devra cependant être assuré, a précisé à La Presse Noémie Vanheuverzwijn, relationniste avec les médias au ministère de la Santé et des Services sociaux.

Au total, 3500 admirateurs du Canadien de Montréal pourraient écouter le match sur écran géant à l’intérieur du Centre Bell, subdivisé en sections indépendantes ayant chacune une limite maximale de 250 personnes. En vertu des mesures sanitaires en vigueur, chacune de ces sections doit avoir des points d’entrée, de sortie et des installations sanitaires indépendants, de même que des espaces de restauration distincts.

Plus tôt lundi, le gouvernement Legault a démenti une rumeur voulant que 10 500 spectateurs soient autorisés au Centre Bell pour les matchs de la finale de la Coupe Stanley.

« Aucune autorisation en ce sens n’a été donnée au Centre Bell ou à l’organisation du Canadien », a déclaré à La Presse Marjorie Larouche relationniste avec les médias au ministère de la Santé et des Services sociaux.