(Montréal) Ce ne sera peut-être pas un combat entre David et Goliath, mais le Canadien de Montréal est bien conscient qu’il jouera le rôle de négligé en série finale de la Coupe Stanley.

Alexandre Geoffrion-McInnis La Presse Canadienne

Car, faut-il le rappeler, le Lightning de Tampa Bay est le champion en titre de la LNH. Il n’est donc pas faux de dire que le Tricolore devra — une fois de plus cette saison — démontrer qu’il mérite sa place en série finale.

Selon l’entraîneur adjoint du Canadien Luke Richardson, la motivation tirée du fait d’être considéré comme étant le négligé de cette série doit contrebalancer le désir de prouver à tout le monde que le Canadien n’est pas qu’un simple feu de paille.

« C’est un peu des deux. Nous ne croyons pas être les négligés — nous débordons de confiance, et nos résultats le prouvent —, mais ça nous convient. Nous laissons les gens dire ce qu’ils veulent, et les joueurs en sont conscients, mais nous ne voulons pas les faire taire, nous voulons simplement démontrer que nous avons notre place ici et qu’ils ont tort », a évoqué Richardson en visioconférence dimanche matin.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Luke Richardson en discussion avec Shea Weber

À ce sujet, Richardson a rendu hommage au travail de l’entraîneur-chef par intérim Dominique Ducharme, qui pourrait revenir derrière le banc du CH lors du match no 3 après avoir complété sa quarantaine obligatoire en raison de la COVID-19.

« Dom a fait tout un boulot. Il est positif — je ne suis pas très volubile comme gars —, et il va droit au but. Il a instauré ce genre de culture, de croire en soi, d’avoir confiance en ses moyens, de ne jamais prendre un “ non ” comme réponse. Il a instauré une petite compétition statistique à l’interne, pour chaque match, et a demandé à Bob Gainey de venir discuter avec les joueurs. C’est ce qu’il a transmis aux joueurs, et au reste de l’organisation, afin qu’ils saisissent cette opportunité qui ne se représentera peut-être plus au cours de leur carrière », a dit Richardson.

« Ce sont essentiellement des statistiques défensives. C’est amusant », a ajouté simplement le centre Nick Suzuki, au sujet de la petite compétition à l’interne.

Si Ducharme a mis l’emphase sur ces statistiques, il y a fort à parier que c’est pour instaurer une identité défensive dans le vestiaire du CH. Ce qui a été confirmé par Richardson.

S’il fallait qualifier notre équipe en un seul mot, je crois que ce serait “ défensive ”. De toute évidence nous sommes capables de générer de l’attaque aux moments opportuns — le trio de Phil Danault nous en a procuré au bon moment —, et je crois que c’est la clé. Le Lightning est axé sur l’offensive, mais il travaille fort, se replie rapidement et peut jouer de manière physique .

Luke Richardson

Celui-ci a d’ailleurs mentionné que le plan de match du Bleu-blanc-rouge risque d’être semblable à celui préconisé lors des trois rondes précédentes.

« Nous venons d’affronter des clubs qui sont axés sur l’attaque, et nous avons su les contenir, donc je crois que nous allons affronter un club qui a poussé cette mentalité offensive encore plus loin, a-t-il confié. Nous devrons nous concentrer sur nos forces, et garder un œil sur certains joueurs, à certains moments, dans certaines phases de jeu.

« Mais je crois sincèrement que si nous préconisons notre style de jeu, à notre pleine mesure, alors nous pouvons museler n’importe quelle équipe dans cette ligue », a-t-il ajouté.

Le CH n’a pas participé à la série finale de la Coupe Stanley depuis sa 24e et dernière conquête du précieux trophée, en 1993.

Le match no 1 de la série finale de la Coupe Stanley sera présenté lundi soir au Amalie Arena de Tampa, dès 20 h.