Il est 8 h et on entend les valises se fermer au bout du fil : Gabriel Bourque se prépare pour une journée d’activités en famille dans le Bas-Saint-Laurent avec sa femme et leurs quatre enfants. Celui qui vient de s’entendre avec le Rocket de Laval pour la prochaine saison est en mode papa depuis un an.

Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Après avoir joué plus de 400 matchs dans la Ligue nationale, Gabriel Bourque a pris une année d’arrêt, cette saison. L’ailier droit avait connu une campagne difficile à son arrivée avec les Jets de Winnipeg en 2019-2020. Son temps de jeu avait diminué considérablement. Quand la pandémie est arrivée, il est retourné dans sa région natale avec sa famille. Il y est encore à ce jour.

« J’ai eu une ou deux offres en Amérique, et ce n’était pas de belles offres, explique l’homme de 30 ans. On était rendus en février, la saison était déjà commencée. J’ai décidé de prendre une petite année. Ça n’avait pas bien été à Winnipeg, ç’a été plus dur pour moi, je n’avais pas performé à la hauteur et je me suis dit que c’était peut-être un signe pour prendre du temps off, repenser à ma carrière et voir où j’en suis. »

Ses enfants ont donc pu passer l’année scolaire au complet au Québec. Et ce sera le cas encore l’année prochaine. Il faut dire qu’au cours des 10 dernières années, l’attaquant de 5 pi 10 po et 206 lb s’est promené de Milwaukee à Nashville, avant d’aller au Colorado, à San Antonio puis à Winnipeg. Cette stabilité fera certainement du bien à toute la famille.

Je n’ai jamais été stable. Chaque année, je paquetais et dépaquetais mes choses. Je dois avoir fait ça une vingtaine de fois. À un moment donné, ça devient fatigant, surtout quand les enfants s’ajoutent.

Gabriel Bourque

« C’est pour ça que j’étais vraiment content quand Laval m’a offert ce contrat-là. Ça va être pas mal plus facile pour le voyagement pour les enfants. L’école reste en français aussi », dit-il.

Le Québec comme surface de jeu

Bourque a profité de son temps libre pour profiter du grand air québécois. Raquette, ski de fond, snowboard, patinoire sur le lac… Mais le hockey n’était jamais bien loin dans son esprit.

« J’avais du fun à faire les sports en plein air, dit-il. Ma femme et moi, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas passé du temps comme ça ensemble. Mais j’avais tout le temps l’idée de jouer au hockey en tête. C’est dur d’arrêter d’y penser quand ça fait aussi longtemps que tu fais ça. »

Charmé par l’idée de rester au Québec, il a demandé à son agent de tâter le terrain avec Laval il y a un mois et demi. Et ç’a porté ses fruits.

« C’était vraiment l’idéal pour moi, admet-il. Ç’a marché tout de suite. On n’a pas vraiment cherché plus loin que ça. C’était vraiment là que je voulais aller. »

Mon petit gars était vraiment excité. Ma famille est contente, on va être proches, elle va pouvoir venir nous visiter plus souvent que d’habitude. Ça va être moins difficile.

Gabriel Bourque

Le père de famille s’est d’ailleurs assuré de garder la forme toute l’année, sachant qu’il pourrait revenir au jeu la saison prochaine.

« Je savais que si je recommençais, il fallait que je sois en forme, soutient-il. Pour la santé aussi. Veux, veux pas, tu apprends à prendre soin de ton corps quand tu es un athlète professionnel. »

Une expérience profitable

Gabriel Bourque se retrouvera en terrain connu dans la Ligue américaine. Il y a disputé près de 200 matchs dans sa carrière. Sa dernière saison complète remonte à 2016-2017 avec le Rampage de San Antonio. Il avait accumulé 33 points en 61 rencontres.

C’est sûr que j’aurais aimé rejouer dans la LNH, mais quand tu manques une année au complet… Je n’ai pas le choix de faire ça. Ça ne me dérange pas. Je veux juste jouer au hockey pour avoir du fun.

Gabriel Bourque

« À Winnipeg, ç’a été plus dur. Je jouais deux ou trois minutes par match, ce n’est pas le fun tant que ça. Je suis excité de recommencer à jouer des minutes plus importantes et d’aider l’équipe », relativise l'athlète.

À Laval, il retrouvera un de ses bons amis, Alex Belzile, ainsi que plusieurs autres jeunes joueurs, qui pourront bénéficier de son expérience. « Je veux leur montrer comment agir pour jouer en haut », lance-t-il.

Le contrat de Gabriel Bourque est à un volet, mais inclut un essai professionnel avec le grand club. Il prendra donc part au prochain camp d’entraînement du Canadien.

« L’objectif est de revenir en forme et d’être prêt, de bien performer, d’avoir du fun, dit-il. On verra où ça va aller. Je suis à l’aise [...] de jouer dans la Ligue américaine. Ce n’est pas un stress pour moi », assure-t-il.