Rod Brind’Amour, Dean Evason et Joel Quenneville nont été nommés vendredi comme finalistes à l’obtention du trophée Jack-Adams.

La Presse Canadienne

L’honneur est remis annuellement au meilleur entraîneur de la LNH, selon un scrutin mené auprès de commentateurs du circuit.

Le gagnant sera annoncé lors du gala de remise de trophées de la ligue, le 17 juin.

Brind’Amour a guidé les Hurricanes au meilleur taux de succès de leur histoire (,714), résultat d’une saison régulière de 36-12-8.

La Caroline a terminé deuxième de la LNH pour le taux de réussite en avantage numérique, soit 25,6 %.

Le club a écoulé 85,2 % de ses punitions, finissant troisième à ce niveau.

« Il connaît son affaire, a dit le capitaine des Hurricanes, Jordan Staal. Il sait comment obtenir des résultats et soutirer le meilleur de chacun. Il est aussi un très bon communicateur. »

Brind’Amour est finaliste au Jack Adams pour la première fois.

Evason a aidé le Wild à afficher le meilleur taux de succès de son histoire (,670), venant d’une campagne de 35-16-5.

Le Minnesota a gagné cinq matchs ou plus de suite en trois occasions.

Lui aussi pourrait mériter l’honneur pour une première fois.

Quenneville a mené la Floride jusqu’en séries pour la deuxième année d’affilée, l’équipe récoltant un seul point de moins que les Hurricanes.

Les Panthers ont montré une fiche de 37-14-5 donc ,705, le meilleur taux de succès de l’histoire de l’organisation.

Quenneville a remporté le Jack Adams en 2000, à la barre des Blues. Il a aussi été mis en nomination en 2013, avec Chicago.