Pour le moment en tout cas, Jesperi Kotkaniemi et Cole Caufield ne font plus partie de la formation régulière du Canadien.

Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

Il importe de répéter ces trois mots importants : pour le moment. Parce qu’on parle ici de la Ligue nationale de hockey, où ce qui est bon aujourd’hui ne sera peut-être plus bon demain. Mais pour l’heure, en tout cas, les deux jeunes hommes ne sont pas dans les plans en vue du premier match du Canadien en séries, qui sera présenté jeudi soir à Toronto face aux Maple Leafs.

Dans le cas de Kotkaniemi, personne ne va tomber en bas de sa chaise. Le jeune attaquant finlandais n’a pas marqué depuis le 30 mars, et a conclu sa saison de manière très confuse, sans avoir pu récolter un seul point à ses 12 derniers matchs.

C’est plus surprenant dans le cas de Caufield, dont le moindre tir au filet semble se transformer en occasion de marquer. Détail à ne pas négliger : le jeune homme ne faisait partie d’aucune combinaison lorsque le club en était à simuler des situations d’avantage numérique, samedi matin à Brossard.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Cole Caufield

Est-ce que Dominique Ducharme serait hésitant à employer en séries un joueur aussi vert, qui n’a que 10 matchs d’expérience derrière la cravate ?

« On est confiant avec lui, a répondu l’entraîneur du Canadien au sujet de Caufield. La façon dont il s’est adapté, la façon dont il a été réceptif… Il n’est pas ici pour six mois. On veut qu’il soit ici pour 15 ans. »

Dans l’immédiat, puisque ce seront les Leafs qui vont bénéficier du dernier changement à la maison, il n’est peut-être pas exagéré de croire que Ducharme craint un certain désavantage si jamais il envoie Kotkaniemi et Caufield sur la glace à Toronto. Mais, insistons une fois de plus : tout peut changer.

Ce qui ne changera pas, par contre, c’est le style de jeu de Brendan Gallagher, et le petit attaquant a confirmé qu’il allait être lui-même au moment où la série va s’amorcer. Rappelons qu’il a dû rater les 21 derniers matchs de la saison en raison d’une fracture au pouce droit, subie le 5 avril lors d’un match face aux Oilers d’Edmonton. « Je vais être fin prêt, a-t-il [clairement] laissé savoir. Ça n’a pas été facile d’avoir à regarder ça de loin, alors je remercie les gars d’avoir pu confirmer notre place en séries. Ça me permet de les retrouver maintenant. »

Gallagher, qui n’en est guère à sa première blessure aux mains, a d’ailleurs souligné, non sans humour, qu’il lui reste « sept bons doigts », ce qui n’est quand même pas si mal dans les circonstances.

Il y avait par ailleurs un absent de marque lors de l’entraînement de samedi : le défenseur Shea Weber, blessé depuis le match du 28 avril. Dans un moment de transparence involontaire, le Canadien a publié il y a quelques jours une vidéo où le capitaine était vu en pleine vaccination… avec une attelle à son pouce gauche. La vidéo a par la suite disparu comme par enchantement.

La bonne nouvelle pour le Canadien, c’est que Weber devrait être à son poste au moment où les séries vont s’amorcer. « Nous sommes très confiants dans son cas… il va reprendre l’entraînement avec nous sous peu », a ajouté Dominique Ducharme.

Phillip Danault et Carey Price, eux aussi blessés récemment, ont également pris part à l’entraînement de samedi. Gallagher, enthousiaste devant l’Éternel, a d’ailleurs tenu à rappeler que Price est « le meilleur gardien au monde. »

Avec tout ça, Eric Staal, même s’il n’a rien cassé depuis son arrivée par ici à la fin mars – seulement deux buts en 21 matchs–, fait manifestement partie des plans en vue du détail. Samedi, il a complété un trio en compagnie de Corey Perry et Josh Anderson, en plus de prendre part aux exercices en avantage numérique.

Les trios à l’entraînement de samedi

Attaquants

Tatar-Danault-Gallagher

Toffoli-Suzuki-Armia

Perry-Staal-Anderson

Byron-Evans-Lehkonen

(Réservistes : Frolik-Kotkaniemi-Caufield)

Défenseurs

Edmundson-Petry

Kulak-Chiarot

Romanov-Merrill/Gustafsson