Deux arénas situés en banlieue de Dallas deviendront le centre de l’univers hockey au cours des 10 prochains jours, autant pour les dirigeants d’équipes de la LNH qui se préparent en vue de la prochaine séance de sélection que pour bon nombre d’espoirs que ces dirigeants n’ont pas encore eu la chance de voir en personne.

Stephen Whyno
The Associated Press

Le Championnat du monde des moins de 18 ans de la Fédération internationale de hockey sur glace est un important tournoi annuel qui réunit quelques-uns des meilleurs hockeyeurs admissibles au repêchage.

L’évènement suscitera encore plus d’attention cette année en raison des répercussions de la pandémie du coronavirus sur les circuits de développement, dont certains ont été incapables de présenter leur saison.

Le tournoi représente la dernière chance de voir ceux que le directeur général Jarmo Kekalainen, des Blue Jackets de Columbus, a qualifiés de « la crème de la crème » parmi les espoirs en vue du prochain repêchage.

PHOTO GARY WIEPERT, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Le DG des Blue Jackets, Jarmo Kekalainen

Et contrairement à la plupart des années précédentes, c’est aussi la seule opportunité pour les directeurs généraux et les recruteurs de voir quelques-uns des meilleurs joueurs en personne avant la séance de sélection, cet été.

« Les meilleurs joueurs sont tous réunis dans un endroit », a noté Mark Yannetti, directeur du recrutement chez les Kings de Los Angeles. « C’est une très bonne chose de voir les jeunes, et surtout cette année, parce que si vous ne voyez pas un jeune en personne, c’est vraiment, vraiment difficile de connaître la réelle valeur d’un joueur. »

Ce tournoi n’existait pas il y a un an, créant de l’incertitude dans les préparatifs en vue du repêchage de 2020. Les équipes avaient pu voir les joueurs et emmagasiner des images vidéo couvrant une période de presque deux saisons complètes lorsque les sports ont été mis en pause.

Le hockey ne s’est jamais mis en marche dans la Ligue junior de l’Ontario qui, la semaine dernière, a abandonné l’idée de tenir une saison, et a été limité à degrés divers dans les autres circuits juniors canadiens.

La Ligue canadienne de hockey a annulé le tournoi de la Coupe Memorial, emblème du championnat junior au Canada et qui offre une autre opportunité de recrutement.

La plupart des meilleurs espoirs américains ont joué au sein du Programme de développement de l’équipe nationale des États-Unis, qui est affilié à la United States Hockey League, ou dans la NCAA.

Or, le Championnat du monde des moins de 18 ans, qui sera disputé à Plano et à Frisco, au Texas, offre l’occasion aux recruteurs de « comparer des pommes avec des pommes », surtout que des espoirs canadiens et européens ont eu une tâche plus difficile cette saison en affrontant des adultes.

« Vous voyez quelques-uns de ces jeunes se faire bousculer et perdre la rondelle au moment où ils tentent de se rendre au filet après être sortis du coin de la patinoire », a déclaré Yannetti. « Ils jouent contre un ancien professionnel de la LNH âgé de 30 ans. Maintenant, vous voulez voir s’il va se faire bousculer et perdre la rondelle face à un défenseur américain de 18 ans ou un défenseur canadien de 18 ans. Est-ce lié au fait qu’il n’était pas assez fort physiquement dans la Ligue de la Suède, ou est-ce lié au fait qu’il n’est pas assez compétitif ? »

Kekalainen, dont l’équipe détient trois choix en première ronde, sera sur place pour regarder et évaluer le tournoi comme lors de n’importe quelle autre année.

« Vous regardez les matchs, vous voulez vous assurer — puisque vous savez que ce sera votre seule chance de voir certains des joueurs de près — que vous allez accorder la meilleure attention possible. Et ensuite, vous allez probablement jeter un autre regard sur le match par vidéo, au cas où vous auriez manqué quelque chose », a expliqué Kekalainen. « C’est le message que nous allons livrer à notre personnel de recruteurs. »

Les joueurs qui participeront au tournoi savent que les projecteurs seront braqués vers eux. Tout au cours de la saison, plusieurs ont joué en l’absence de recruteurs dans les gradins. Et ça, ce sont ceux qui ont été assez chanceux pour jouer.

« C’est d’une très grande importance, pas seulement pour moi mais pour tout le monde, surtout les gars en Ontario. Ils n’ont pas encore eu la chance de jouer, alors je suis sûr qu’ils ont très hâte », a souligné Corson Ceulemens, un défenseur de 17 ans qui n’a participé qu’à huit matchs dans la Ligue de hockey junior de l’Alberta cette saison.

« C’est un peu le principal barème de comparaison cette année. Pour cette raison, c’est d’une grande importance. »